Israël en guerre - Jour 194

Rechercher

Des indices sur les Philistins trouvés dans des plantes psychotropes à Gath – étude

Des restes d'aliments et de matières végétales utilisés dans la Grèce antique dans le culte des divinités féminines indiquent des influences étrangères sur la culture philistine

Les ruines d'un temple philistin, dans la ville biblique de Gath. (Crédit : Aren Maeir)
Les ruines d'un temple philistin, dans la ville biblique de Gath. (Crédit : Aren Maeir)

Une nouvelle étude sur les restes archéologiques de nourriture et de matières végétales trouvés dans deux temples philistins de la ville biblique de Gath a révélé de nouveaux détails sur les traditions de cette culture disparue et sur la façon dont elles ont vraisemblablement été influencées par d’autres cultures méditerranéennes historiques.

Certaines des plantes trouvées dans les deux temples sont connues pour leurs propriétés médicinales ou psychotropes et étaient également utilisées dans la Grèce antique dans des temples principalement dédiés à des divinités féminines telles que Héra, déesse du mariage et de l’accouchement, Artémis, déesse de la végétation, de la chasteté et de l’accouchement, et Déméter, déesse de l’agriculture.

L’étude, publiée dans Scientific Reports ce mois-ci, s’est concentrée sur deux temples construits l’un sur l’autre au Xe siècle avant notre ère et 830 avant notre ère et détruits par le roi biblique Hazael lors de sa conquête de Gath, qui se trouve dans le centre moderne d’Israël, près des contreforts de la Judée.

L’étude a porté sur les plantes trouvées dans les temples, notamment des restes de céréales, de fruits, de mauvaises herbes et d’herbes aromatiques qui, selon les chercheurs, étaient préparées sur place dans le cadre des pratiques cultuelles des temples et étaient consommées, sacrifiées et utilisées comme décorations.

Les découvertes faites dans les temples comprennent des poids de métier à tisser, des équipements de cuisine et une jarre de stockage provenant de Jérusalem, ce qui indique que certaines offrandes dans le temple provenaient du royaume biblique de Judée. Les poids des métiers à tisser prouvent également que les femmes tissaient dans les temples pour la déesse Asherah, la déesse mère dans les traditions cananéennes et philistines.

Les Philistins sont originaires de la mer Égée et se sont installés dans l’actuel sud d’Israël au XIIe siècle avant notre ère. Ils ont disparu aux alentours du VIIe siècle avant notre ère et, bien qu’ils soient mentionnés dans la Bible et dans des textes égyptiens et assyriens, leurs traditions et leur religion restent essentiellement des mystères.

Des abeilles pollinisant un gattilier. (Crédit : TammyKayPhoto/iStock)

Le co-auteur de l’étude, le professeur Aren Maeir de l’Université de Bar Ilan, a déclaré au Times of Israel que les temples étaient « les premiers d’une période ancienne en Israël à avoir fait l’objet d’une étude approfondie des vestiges botaniques ».

Il a ajouté que la découverte de « plusieurs plantes dont on sait qu’elles sont principalement liées à des divinités féminines en Grèce » donnait une indication des influences étrangères sur la culture philistine, ce qui pourrait s’expliquer par le fait que certains Philistins étaient probablement originaires de Grèce.

Parmi ces plantes figure le gattilier, dont une centaine de fruits ont été découverts dans les temples. La plante était importante pour les cultes spartiates qui l’utilisaient dans les rites de culte à Artémis et à Asclepios, dieu de la médecine. Elle était également utilisée par le culte de l’Héraion à Samos.

Une autre plante étudiée est la marguerite couronnée, qui était couramment utilisée comme médicament et insecticide dans l’Antiquité, et dont les fleurs servaient à tresser des guirlandes pour couronner les statues d’Artémis.

Des Chrysanthèmes couronnés en fleurs. (Crédit : Dr. Suembikya Frumin)

Le gattilier et le Chrysanthème couronné, dont les fleurs sont très colorées, étaient probablement utilisés dans le cadre de rituels et pour décorer les temples philistins dans lesquels ils ont été découverts, ainsi que divers types de feuilles et de guirlandes provenant d’autres plantes trouvées sur le site.

Les deux plantes ont été découvertes à côté de l’ivraie, qui est un hallucinogène et qui était historiquement utilisée par les sages-femmes comme médicament fortifiant.

La Dr. Suembikya Frumin, chercheuse principale, a déclaré que les temples philistins constituaient les « premières utilisations rituelles connues » du gattilier, de la marguerite à couronne et de la scabieuse argentée – une autre plante trouvée dans les temples.

« Ces plantes méditerranéennes très répandues relient les Philistins aux rituels cultuels, à la mythologie et à l’attirail liés aux premières divinités grecques, telles qu’Héra, Artémis, Déméter et Asclépios », a-t-elle déclaré.

La découverte de ces plantes psychédéliques et médicinales a conduit les chercheurs à penser que l’ajout de plantes médicinales et de plantes ayant un effet sur l’humeur à la nourriture faisait partie des rituels philistins visant à renforcer leurs effets spirituels.

Les plantes trouvées dans les temples ont été récoltées à différentes périodes, de mars à décembre. Les chercheurs pensent donc qu’à l’instar de nombreuses autres religions, dont le judaïsme, les Philistins axaient leurs pratiques religieuses sur les changements de saison.

Des récipients trouvés dans les temples philistins et utilisés pour les offrandes. (Crédit : Pr. Aren Maeïr)

En examinant les périodes de récolte, les chercheurs ont remarqué que le raisin, une autre des plantes trouvées dans les temples, est récolté en été et ne se conserve pas longtemps ou ne se commercialise pas sur de longues distances. Cela indique que les temples ont été utilisés pour la dernière fois à la fin de l’été ou au début de l’automne, ce qui, selon les chercheurs, correspond à la période où la ville de Gath a été détruite.

Pr. Maeïr a expliqué que cette découverte est importante, car si l’examen des destructions autour des temples a révélé que la ville avait été détruite en 830 avant notre ère, l’étude a permis de préciser une période de l’année, probablement autour du mois de septembre.

Les deux temples étaient orientés dans des directions similaires par rapport au soleil, comme l’Héraion de Samos, où la direction correspondait aux événements célestes du milieu de l’été qui étaient utilisés pour célébrer la fertilité et l’éminence humaine. Les symboles de cette période comprenaient la purification symbolique dans des sources d’eau libre comme les rivières ou les lacs, ce qui, selon les chercheurs, faisait également partie des rituels philistins puisque les temples étaient construits près d’une rivière.

« L’étude a révélé que la religion philistine s’appuyait sur la magie et le pouvoir de la nature, comme l’eau courante et la saisonnalité, des aspects qui influencent la santé et la vie humaines », a déclaré Dr. Frumin.

Dans de futures études, a ajouté Pr. Maeïr, les chercheurs examineront d’autres découvertes faites dans le temple et ses environs, et étudieront d’autres aspects des plantes qu’ils ont trouvées.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.