Des manifestants haredi dispersés à Jérusalem par des femmes en soutien-gorge
Rechercher

Des manifestants haredi dispersés à Jérusalem par des femmes en soutien-gorge

Les ultra-orthodoxes manifestaient contre la "profanation" du Shabbat par l'Eurovision ; ils ont préféré quitter les rues plutôt que de rester face à des femmes dévêtues

Des femmes se dévétissent durant une manifestation par des ultra-orthodoxes à Jérusalem le 18 mai 2019. (Capture d'écran)
Des femmes se dévétissent durant une manifestation par des ultra-orthodoxes à Jérusalem le 18 mai 2019. (Capture d'écran)

Des dizaines de policiers à Jérusalem aidés par la police montée, qui tentaient de disperser une émeute d’ultra-orthodoxes samedi, ont reçu de l’aide d’un intervenant inattendu : des femmes qui ont retiré leur haut, dispersant tous les manifestants, qui n’ont pas le droit, selon la loi religieuse, de les regarder.

Des centaines d’hommes et de jeunes garçons ultra-orthodoxes ont affronté la police samedi après-midi, bloquant la circulation et attaquant les policiers durant une manifestation contre la profanation du Shabbat par les employés qui préparaient l’Eurovision à Tel Aviv lors du jour du repos du Shabbat.

Alors que les protestataires bloquaient les routes d’un quartier ultra-orthodoxe, au centre de la ville, au moins quatre femmes se sont dévêtues pour rester en soutien-gorge, obligeant ainsi les manifestants à quitter les rues, car il leur est interdit de regarder des femmes jugées impudiques.

Si la diffusion de la finale de l’Eurovision n’a débuté qu’après le Shabbat, les répétitions et les préparatifs se sont déroulés pendant la journée. La délivrance de permis de travail a excédé les partis ultra-orthodoxes qui ont temporairement suspendu les négociations de coalition et déclenché les manifestations dans la capitale.

Les Juifs ultra-orthodoxes qui respectent scrupuleusement la loi religieuse s’abstiennent de tout travail pendant le samedi, jour chômé, du coucher du soleil le vendredi à la tombée de la nuit samedi.

Avant la finale de l’Eurovision, l’un des grands-rabbins d’Israël avait appelé à prolonger le Shabbat de vingt minutes en réponse à cette « grave transgression ».

Certains rabbins ultra-orthodoxes s’opposent à la présence de photos de femmes, même vêtues, dans l’espace public ou les médias, au nom de la pudeur.

Depuis des années, des affiches représentant des femmes font l’objet d’acte de vandalisme.

Un ultra-orthodoxe devant une affiche publicitaire vandalisée à Jérusalem, le 2 novembre, 2017. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...