Des Palestiniens saluent l’attaque contre une patrouille de l’armée israélienne
Rechercher

Des Palestiniens saluent l’attaque contre une patrouille de l’armée israélienne

Aucune revendication pour l'explosion de la bombe à la barrière frontalière qui a blessé quatre soldats, dont deux grièvement

Khaled Abu Toameh est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Défilé militaire des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, à Gaza Ville, le 25 juillet 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Défilé militaire des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, à Gaza Ville, le 25 juillet 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Samedi à Gaza, des groupes palestiniens ont qualifié d’ « héroïque » le bombardement d’une patrouille de Tsahal le long de la clôture frontalière qui a blessé quatre soldats et ont déclaré qu’ils ne resteraient pas inactifs face à l' »agression » israélienne.

Le groupe terroriste du Hamas qui dirige Gaza a déclaré qu’il réagirait « en cas d’incursion israélienne sur la terre et les lieux saints », mais n’a pas revendiqué l’attaque.

L’incident s’est produit dans la région du sud de Gaza, près de la ville de Khan Younès, a déclaré l’armée israélienne. Les soldats ont été évacués par hélicoptère à l’hôpital Soroka de Beersheba pour y être soignés, où trois d’entre eux ont été opérés d’urgence. Aucun d’entre eux n’était en danger de mort, a précisé l’hôpital samedi dans la soirée.

Un porte-parole de Tsahal a qualifié l’attaque d' »incident grave visant à déstabiliser la région ».

Le porte-parole a déclaré aux journalistes que la patrouille s’était arrêtée le long de la frontière pour retirer un drapeau qui avait été placé à la clôture la veille lors d’une manifestation, et qu’un dispositif placé sous le drapeau avait ensuite explosé.

Le porte-parole a déclaré que la patrouille – composée de soldats d’infanterie du Golani et de membres d’une unité de génie de combat – opérait selon des procédures normalisées pour retirer tout objet étranger de la clôture frontalière, mais que celles-ci seraient désormais réexaminées.

Immédiatement après l’attaque, un tank de l’armée israélienne a tiré un obus sur un poste d’observation. Les médias palestiniens ont déclaré qu’il appartenait au Jihad islamique palestinien. Il n’y a pas eu de déclaration du groupe. Plus tard, Israël a mené d’autres attaques de représailles, y compris contre des cibles du Hamas.

Les troupes israéliennes et les premiers intervenants à la frontière de Gaza après l’explosion qui a pris pour cible une patrouille de Tsahal, le 17 février 2018. (Capture d’écran Hadashot)

Le Jihad islamique a juré de venger un incident au cours duquel Israël a détruit l’un des tunnels d’attaque du groupe terroriste qui traversait Gaza pour se rendre en Israël, tuant de nombreux membres du groupe.

Le 30 octobre, l’armée israélienne a fait exploser le tunnel, qui démarrait dans la ville de Khan Younès à Gaza, et traversait le territoire israélien, jusqu’aux abords du Kibboutz Kissufim.

Selon l’armée, le tunnel a été constamment surveillé sur sa partie qui se trouvait à l’intérieur du territoire israélien et tant qu’il ne représentait pas une menace pour les civils.

Quatorze terroristes, pour la plupart issus du groupe soutenu par l’Iran, dont deux officiers supérieurs, ont été tués dans l’explosion et ses retombées. L’armée a déclaré plus tard que ce n’était pas l’objectif principal de la démolition du tunnel.

Les Comités de résistance populaire palestinienne, un groupe composé de plusieurs groupes terroristes, ont déclaré que « l’opération héroïque à l’est de Khan Younès s’inscrivait dans le contexte de la réponse palestinienne aux incursions [dans la bande de Gaza] de l’ennemi ».

L’attaque visait également à envoyer un message à Israël selon lequel les factions palestiniennes de la « résistance » dans la bande de Gaza sont prêtes à défendre les Palestiniens.

« Toute idiotie israélienne à l’égard de la bande de Gaza serait contre-productive », a averti le groupe, faisant référence à toute réponse militaire israélienne. « Les factions de résistance auront le droit de répondre pour dissuader l’ennemi de poursuivre ses crimes et son agression. »

Les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa – Groupes martyrs d’Ayman Judeh, un groupe terroriste appartenant à la faction Fatah, se sont félicités de l’attaque contre la patrouille de Tsahal. Cette opération confirme notre droit à répondre aux crimes de l’ennemi sioniste », a déclaré le groupe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...