Des pirates ont vendu des données personnelles de milliers de soldats de Tsahal
Rechercher

Des pirates ont vendu des données personnelles de milliers de soldats de Tsahal

Une enquête menée par l’Autorité des Sécurités a révélé une escroquerie organisée par des soldats et des civils qui travaillaient dans une unité de recrutement de l’administration

(Image illustrative d'un hacker ; supershabashnyi, iStock / Getty Images)
(Image illustrative d'un hacker ; supershabashnyi, iStock / Getty Images)

Les détails personnels de centaines de milliers de recrues de l’armée ont été volés des serveurs de Tsahal et vendus à des parties extérieures, a révélé dimanche un rapport de l’Autorité des Sécurités d’Israël (ASI).

Selon Hadashot TV, l’enquête de l’ASI a révélé que des soldats et des civils contractuels de l’unité Meitav, qui s’occupe du recrutement, ont eu accès aux dossiers de milliers de recrues de Tsahal entre 2011 et 2014.

Les quatre suspects ont piraté les données en développant un programme informatique qui passait au peigne fin les dossiers de Tsahal pour trouver des informations sur des recrues et de leurs proches. Ces informations ont ensuite été vendues à des entreprises de marketing et à d’autres parties.

Au cours des récentes années, des soldats se sont plaints d’avoir reçu des appels téléphoniques de groupes affirmant proposer une assistance aux soldats, et leur ont proposé différents produits et services à des prix avantageux.

Certains soldats avaient exprimé des inquiétudes parce que les entreprises de marketing connaissaient des informations personnelles à leur sujet, comme la possession d’un passeport étranger.

Le groupe a pu mener son escroquerie sans se faire remarquer pendant des années, mais le nombre croissant de plaintes a conduit à une enquête de ministère de la Justice.

Dans le cadre de l’investigation, les domiciles des suspects ont été fouillés par la police, et leurs ordinateurs ont été saisis. Tous les quatre ont été interrogés par la police.

De nouvelles recrues de l’armée israélienne qui prêtent serment, le 9 mai 2013 (Crédit : armée israélienne)

L’ASI a transféré ses données à l’unité spécialiste d’informatique du bureau du Procureur de l’État, soulignant que les responsables de l’escroquerie avaient probablement violé un certain nombre de lois sur le respect de la vie privée.

Alon Bachar, le chef de l’Unité de la Protection de la Vie privée de l’ASI, a déclaré que les mesures de protection de la vie privée au sein de Tsahal étaient insuffisantes.

« Quand des informations personnelles sont rassemblées par des gens dans le cadre de leur service militaire, et non volontairement, [l’armée] a le devoir public de protéger ces données ».

Il a souligné que l’ASI suivait l’enquête avec le « plus grand sérieux », parce qu’un certain nombre de victimes n’étaient pas majeures.

Tsahal n’a pas commenté l’information.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...