Des policiers interrogés sur le passage à tabac d’un élu de la Liste arabe unie
Rechercher

Des policiers interrogés sur le passage à tabac d’un élu de la Liste arabe unie

Des agents de la branche de Jérusalem ont fait l'objet d'une enquête suite à l'incident avec Ofer Cassif ; tous ont été libérés sous condition

Un officier de police se bat avec Ofer Cassif, un membre juif du parti à prédominance arabe Liste arabe unie, lors d'une manifestation à Jérusalem-Est le 9 avril 2021. (AHMAD GHARABLI / AFP)
Un officier de police se bat avec Ofer Cassif, un membre juif du parti à prédominance arabe Liste arabe unie, lors d'une manifestation à Jérusalem-Est le 9 avril 2021. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Plusieurs officiers de l’unité de patrouille spéciale de la police ont été interrogés lundi au sujet du passage à tabac d’Ofer Cassif, député de la Liste arabe unie.

Certains des agents ont été interrogés sous contrôle judiciaire, mais tous ont ensuite été libérés sous certaines restrictions alors que l’enquête se poursuit.

Les officiers qui ont été interrogés sous contrôle judiciaire sont soupçonnés d’agression et d’usage excessif de la force, entre autres infractions, selon la Douzième chaîne.

Les sources sont contradictoires quant à savoir si quatre ou cinq officiers ont été interrogés.

Les officiers ont été appelés à comparaître le lendemain du dépôt d’une plainte par M. Cassif auprès du département des enquêtes internes de la police (PIID – Police Internal Investigations Department) du ministère de la Justice et à la suite du témoignage du commandant de l’unité de patrouille spéciale du district de Jérusalem, le commissaire Ronen Hazut, devant le PIID.

M. Cassif, seul membre juif de la Knesset au sein du parti de la Liste arabe unie, participait vendredi à une manifestation hebdomadaire dans le quartier de Sheikh Jarrah contre les expulsions prévues, lorsque les violences ont éclaté.

Les officiers avaient initialement déclaré que Cassif les avait frappés en premier. La version la plus récente des événements présentée par la police indique que le membre de la Knesset a incité les officiers à le frapper, en disant qu’il les aurait mis au défi de le frapper.

Cassif a rejeté les allégations de la police comme étant « une série de mensonges ».

Outre le dépôt d’une plainte auprès du PIID, il a déclaré qu’il demanderait au procureur général Avichai Mandelblit d’ouvrir sa propre enquête sur l’incident.

Sur les images de l’affrontement de vendredi, on peut voir Cassif se disputer avec des policiers au milieu de la foule, avant qu’un officier ne le pousse.

Un Cassif portant un masque semble dire quelque chose, et les policiers commencent à le frapper et à l’attraper violemment.

Cassif a alors tendu la main vers le visage de l’un des officiers, qui frappe le député sur le dessus de la tête.

Après avoir jeté Cassif au sol, certains agents ont semblé continuer à le frapper, tandis que les manifestants criaient « honte ».

Dans une autre vidéo, on peut voir un officier mettre un genou sur le visage de Cassif alors qu’il est au sol.

Le député Ofer Cassif, membre juif de l’alliance électorale à prédominance arabe Liste arabe unie, est photographié après avoir été frappé et arrêté par la police israélienne lors d’une manifestation dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem, le 9 avril 2021. (AHMAD GHARABLI / AFP)

M. Cassif a été légèrement blessé, ses lunettes ont été cassées et sa chemise a été déchirée pendant les échauffourées, au cours desquelles la police a également utilisé des grenades assourdissantes pour disperser les manifestants.

Les images montrent des manifestants à proximité criant aux officiers, leur demandant d’arrêter et indiquant que M. Cassif était député.

« C’est un député, êtes-vous des psychopathes ? », peut-on entendre une personne demander dans la nouvelle vidéo diffusée samedi sur la Douzième chaîne. « Vous êtes une bande de psychopathes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...