Des pop stars britanniques condamnent l’antisémitisme après les tweets de Wiley
Rechercher

Des pop stars britanniques condamnent l’antisémitisme après les tweets de Wiley

Des centaines de personnes de l'industrie musicale ont signé une lettre ouverte, dont James Blunt, chanteur, Niall Horan, ancien membre de One Direction, The 1975, et Lily Allen

Matthew Healy de The 1975 se produit pour soutenir la sortie de "Notes on a Conditional Form" du groupe au Bill Graham Civic Auditorium, le 22 avril 2019 à San Francisco, Californie. (Tim Mosenfelder/ Getty Images via JTA)
Matthew Healy de The 1975 se produit pour soutenir la sortie de "Notes on a Conditional Form" du groupe au Bill Graham Civic Auditorium, le 22 avril 2019 à San Francisco, Californie. (Tim Mosenfelder/ Getty Images via JTA)

JTA – Des centaines de musiciens et de responsables de l’industrie musicale britannique ont signé une lettre ouverte condamnant l’antisémitisme et les autres formes de haine à la suite du scandale impliquant le rappeur anglais Wiley, qui a été interdit de Twitter pour avoir posté des tweets antisémites.

Parmi les signataires de la lettre figurent Niall Horan, ancien membre de One Direction, les rockers pop The 1975, Lily Allen, Rita Ora, Lewis Capaldi et James Blunt, ainsi que Universal Music, Warner Music et Sony Music.

« Que ce soit le racisme systémique et l’inégalité raciale mis en évidence par la brutalité policière continue en Amérique ou le racisme anti-juif promulgué par des attaques en ligne, le résultat est le même : suspicion, haine et division », lit-on dans la lettre #NoSilenceInMusic, publiée samedi.

« De l’esclavage à la Shoah, nous avons des souvenirs collectifs douloureux. Toutes les formes de racisme ont les mêmes racines – l’ignorance, le manque d’éducation et le fait de servir de bouc émissaire. »

Wiley pose pour les photographes à son arrivée au NME music awards 2017 à Londres, le mercredi 15 février 2017. (Vianney Le Caer/Invision/AP)

Cette manifestation de solidarité de la part d’éminentes stars britanniques de la pop, d’auteurs, de producteurs, de managers, de maisons de disques et d’éditeurs, pour la plupart non-Juifs, intervient une semaine après que la frénésie de Wiley sur Twitter a attiré l’attention de tous. De nombreux Juifs britanniques ont boycotté Twitter pendant 48 heures la semaine dernière pour protester contre la plateforme, qui a permis aux messages de rester en ligne pendant des jours, avant de les supprimer et de bloquer ensuite Wiley totalement. Le rappeur a déclaré s’en être pris à son manager juif parce qu’il était en colère contre lui.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...