Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Des rabbins américains, en voyage de solidarité en Israël, se rendent à Beeri et Ofakim

L'objectif de ce voyage était d'exposer les 34 participants aux horreurs de l'attaque du 7 octobre ; il ont, entre autres, rencontré les parents de l'otage Hersh Goldberg-Polin

Des rabbins conservateurs de tous les États-Unis entourant Rachel Goldberg et Jon Polin, au centre, dont le fils Hersh Goldberg-Polin a été pris en otage le 7 octobre, au Centre Fuchsberg de Jérusalem, le 31 octobre 2023. (Crédit : Centre de Fuchsberg)
Des rabbins conservateurs de tous les États-Unis entourant Rachel Goldberg et Jon Polin, au centre, dont le fils Hersh Goldberg-Polin a été pris en otage le 7 octobre, au Centre Fuchsberg de Jérusalem, le 31 octobre 2023. (Crédit : Centre de Fuchsberg)

JTA – Portant des casques vert de l’armée et des gilets pare-balles, le groupe de rabbins et de dirigeants communautaires américains se tenait à côté des ruines d’un bâtiment au kibboutz Beeri pendant que le chantre Luis Cattan chantait El Maleh Rachamim, la prière juive traditionnelle pour les morts, pour « tous ceux qui ont été assassinés en Israël et au-delà. »

Le groupe a ensuite récité collectivement le Kaddish et a regagné son bus en silence.

C’est ainsi que s’est déroulée la première journée d’une mission de solidarité de trois jours en Israël, qui a conduit le groupe à travers les communautés ravagées du sud d’Israël, jusqu’à un centre de volontaires à Jérusalem, avant de le ramener chez lui.

L’objectif de ce voyage était d’exposer les participants aux horreurs de l’attaque du 7 octobre contre Israël, au cours de laquelle le groupe terroriste palestinien du Hamas a tué plus de1 400 personnes, dont la plupart étaient des civils massacrés au cours d’atrocités brutales, et en a pris au moins 245 autres en otage. L’objectif était également de leur fournir de quoi informer leur pays et de formuler un message qu’ils pourraient transmettre à leurs communautés.

« J’entends sans cesse les Juifs américains dire qu’il n’y a pas de mots », a déclaré le rabbin Neil Zuckerman, de la synagogue Park Avenue de New York. « Je pense qu’il y a beaucoup de mots, en réalité. Et je pense que le fait d’être ici nous donne des mots qui doivent être prononcés sur ce qui se passe, sur la clarté morale qui règne ici, à la fois sur la douleur et sur les incroyables actes d’unité que nous voyons. »

Le groupe de 34 personnes se composait de 19 Américains et de 15 autres Israéliens, ainsi que du personnel de soutien, et était organisé par le Centre de Jérusalem de Fuchsberg, un complexe qui sert de base au judaïsme conservateur en Israël. La mission s’est contrôlée de lundi à mercredi.

Un Israélien portant un châle de prière priant à côté de maisons détruites par des terroristes du Hamas, au kibboutz Beeri, le 22 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

L’objectif, a déclaré Stephen Daniel Arnoff, PDG de Fuchsberg, était d’aider « nos collègues d’Amérique du Nord à vivre une expérience de première main, très humaine, de cette période horrible de notre monde ».

Après avoir atterri à l’aéroport Ben Gurion lundi, les participants se sont rendus à Ofakim, une ville du sud d’Israël qui a également subi l’invasion du Hamas, où ils ont visité la maison de Savta Rachel Edry, qui est devenue une héroïne populaire israélienne après avoir fait échec à des terroristes en leur offrant des biscuits. De là, le groupe s’est rendu au kibboutz Beeri, où les assaillants ont tué plus de 100 personnes.

Ils étaient le premier groupe de civils depuis le massacre, à l’exception des journalistes, à visiter le site, où les maisons ont été brûlées et où le sang et les couteaux tapissent encore le sol. Ils ont terminé la journée au Camp Shura, une base militaire transformée en centre d’identification des corps des personnes tuées lors de l’invasion.

« Ce que j’ai vu et vécu hier est gravé en moi pour le reste de ma vie », a déclaré le rabbin Marc Soloway de la Congrégation Bonai Shalom à Boulder, dans le Colorado.

Funérailles de trois membres de la famille Sharabi, Lian, Noya et Yahel, qui ont été assassinés par des terroristes du Hamas au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023, au moshav Kfar HaRif, dans le sud d’Israël, le 25 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

« Nous avons été brisés par ce que nous avons vu et la réaction difficile mais naturelle a été de dire la prière pour les morts », a déclaré Arnoff.

La journée de mardi a été consacrée à du bénévolat dans un centre de secours à Jérusalem et à des rencontres avec des familles directement touchées par l’attaque du 7 octobre et par la guerre qu’Israël a menée contre le Hamas à Gaza. Parmi elles, Rachel Goldberg et Jon Polin, dont le fils Hersh Goldberg-Polin est retenu en otage par le Hamas, avec 240 autres personnes. Le couple est devenu l’une des figures de proue du mouvement réclamant la libération des otages, qui a galvanisé les communautés juives à travers les États-Unis et au-delà. Avant de s’adresser à la délégation, les parents de Goldberg-Polin avaient fait le voyage inverse, retournant en Israël après avoir défendu leur fils à New York.

« Je suis en état de choc, je marche dans le monde sans mon cœur », a déclaré Rachel Goldberg au groupe. Ses parents ont décrit l’horreur de ne pas savoir si Hersh est toujours en vie après avoir été vu pour la dernière fois dans une vidéo en train de se hisser à l’arrière d’une camionnette du Hamas sur le chemin du retour vers Gaza – après avoir perdu un bras dans une attaque à la grenade qui a tué 18 des 29 personnes qui étaient entassées à ses côtés dans un miklat – abri anti-atomique – en bord de route.

« Nous ne sommes pas convaincus que le gouvernement israélien mette les otages au premier plan », a déclaré Jon Polin. « Ils parlent de guerre et de victoire, mais ils ne parlent pas des otages. Il est essentiel, même en Israël, que nous n’abandonnions aucun des otages. La plus grande victoire morale dont ce pays a besoin aujourd’hui est de voir les 239 otages de retour dans leurs familles ».

Un graffiti réalisé en l’honneur de Hersh Goldberg-Polin, l’un des 240 otages du Hamas emmenées à Gaza le 7 octobre 2023, au Jerusalem’s First Station, à Jérusalem, en octobre 2023. (Autorisation)

Rachel Goldberg se décrit comme une personne naturellement timide qui est devenue incapable de ressentir des émotions telles que la nervosité ou la peur lorsqu’elle se retrouve sur la scène publique pour réclamer la libération de son fils. Mais elle affirme que les petits gestes font toujours la différence. « Cela aide en réalité de recevoir un message sur WhatsApp », a-t-elle déclaré.

Le dernier jour du voyage était consacré à la « résilience et à l’inspiration » pour « le clergé et les dirigeants communautaires qui rentrent chez eux, représentant des dizaines de milliers de personnes qui sont figées par la peur et ne savent pas ce qu’elles peuvent faire pour aider », a déclaré Arnoff. « Maintenant, ils peuvent rentrer et expliquer ce qu’ils ont vu, ce dont ils ont été témoins. »

La mission de solidarité s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par Fuchsberg pour répondre à la crise. Il a également transformé son campus de Jérusalem en sanctuaire pour 200 familles évacuées du sud et du nord d’Israël, qui vivent dans des dortoirs généralement réservés aux étudiants du programme massorti – ou conservateur – d’année sabbatique, Nativ. Il a également ouvert sa synagogue aux jeunes Israéliens pour qu’ils puissent chanter et prier ensemble.

« Je suis venue ici parce que c’est chez moi et que j’avais besoin de rentrer chez moi et de transmettre un message à tous ceux qui luttent, qui ont perdu des gens, qui souffrent : vous n’êtes pas seuls, nous sommes avec vous », a déclaré la rabbin Annie Lewis, de la congrégation Shaare Torah de Gaithersburg, dans le Maryland.

Le hazan, Luis Cattan, chantant une prière pour les morts lors d’une mission de dirigeants juifs conservateurs en Israël, au kibboutz Beeri , le 30 octobre 2023. (Crédit : Capture d’écran)

Zuckerman a vécu un moment personnel lorsqu’il a pu serrer rapidement dans ses bras son fils, qui sert dans Tsahal à Gaza. Il a comparé son expérience de rabbin en chaire à ce qu’il a ressenti au début de la pandémie de COVID-19.

« Peu importe ce que nous avions prévu de faire cet automne avec nos communautés, nous avons changé de cap », a déclaré Zuckerman. « Il s’agit d’un véritable marathon, et non d’un sprint. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.