Des rabbins créent une cour alternative pour la conversion juive
Rechercher

Des rabbins créent une cour alternative pour la conversion juive

Les leaders nient tout acte de 'rébellion' contre les autorités religieuses et les procédures ne seront probablement reconnues par l'Etat

Le rabbin David Stav, cofondateur et président de l'organisation rabbinique Tzohar, le 20 juin 2013. (Crédit : Flash 90, File)
Le rabbin David Stav, cofondateur et président de l'organisation rabbinique Tzohar, le 20 juin 2013. (Crédit : Flash 90, File)

Un groupe de rabbins nationalistes-religieux ont mis en place une institution offrant une alternative au Grand Rabbinat d’Israël pour la conversion au judaïsme.

Les rabbins David Stav et Nahum Rabinovitch ont annoncé cette décision lundi et ont précisé qu’ils ont déjà commencé le processus de conversion de plusieurs Israéliens.

Les parents des candidats à la conversion ont émigré en provenance de la Russie et d’autres pays européens, mais ne sont pas reconnus comme juifs aux yeux des autorités religieuses d’Israël.

« Le rassemblement des exilés et dans le cadre de celui-ci, la forte immigration de l’ancienne Union soviétique, pose des défis importants pour l’Etat d’Israël qui exigent une attention responsable et courageuse des dirigeants nationaux », ont déclaré Stav et Rabinovitch dans un communiqué.

« Notre responsabilité morale est d’assister à l’absorption des immigrants et leur intégration, pour leur bien et pour le bien de la continuité du peuple juif ».

Les deux rabbins ont été rejoints par un certain nombre de rabbins orthodoxes, y compris le grand rabbin d’Efrat, Shlomo Riskin, qui cherchent à libéraliser le processus de conversion en contournant l’autorité religieuse du gouvernement, tout en maintenant le respect de la loi juive.

« Ce n’est vraiment pas [une rébellion contre le rabbinat] », a déclaré Stav lors d’une interview accordée à la Deuxième chaîne lundi. « Nous ne laisserons pas les politiciens… être les gardiens de la tradition ».

L’Etat et le Grand Rabbinat ne devraient pas reconnaître l’autorité des tribunaux de conversion nouvellement créés, ce qui probablement précipitera un recours à la Haute Cour de Justice.

La nouvelle initiative a été saluée lundi par le président de l’Agence juive, Nathan Sharansky.

« Nous souhaitons tous poursuivre le processus du rassemblement des exilés de partout dans le monde dans une ère des identités perdues et d’assimilation croissante », a déclaré Sharansky dans un communiqué.

« Afin de garder les portes d’Israël ouvertes à tous ceux qui le souhaitent se joindre à notre peuple en conformité avec la halakha (loi juive), il est important que les rabbins qui ont été autorisés par le Grand Rabbinat à effectuer des conversions participent à ce processus, et cette nouvelle initiative leur permettra de le faire ».

Cette manœuvre de Stav et de ses collègues est survenue environ un mois après que le cabinet israélien ait abrogé une initiative présentée l’année dernière qui devait réformer les lois sur la conversion d’Israël.

L’initiative de conversion, qui donne l’autorité aux rabbins locaux de superviser les conversions, a été adoptée par la commission des Lois de la Knesset l’année dernière et a été considérée comme l’une des principales réalisations du gouvernement précédent avant les élections et le processus de la législation a été stoppé. Mais la politique a été abrogée dans le cadre de l’accord de coalition entre le Likud et le parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah.

Stav dirige Tzohar, une organisation orthodoxe modérée offrant des mariages alternatifs pour les couples laïques et d’autres services religieux visant à encourager l’inclusion des Israéliens non-religieux dans la tradition juive.

« Au cours de ces dernières décennies, l’establishment religieux d’Israël est devenu bureaucratique, dysfonctionnel et hautement politique. Cela a créé des obstacles à la pratique du judaïsme, du ressentiment envers la tradition juive et continue d’alimenter une vague alarmante d’assimilation et les mariages mixtes en Israël », dénonce l’organisation sur son site internet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...