Des responsables de la Défense soupçonnés d’avoir volé des millions de shekels
Rechercher

Des responsables de la Défense soupçonnés d’avoir volé des millions de shekels

La police estime que des paiements ont été versés à des entrepreneurs pour des projets sur-évalués et des contrats qui n'ont jamais été honorés

Le ministère de la Défense à Tel Aviv, le 29 août 2016 (Crédit :  Miriam Alster/Flash90)
Le ministère de la Défense à Tel Aviv, le 29 août 2016 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Un haut-responsable au ministère de la Défense a été arrêté et interrogé lundi matin. Il est soupçonné de s’être associé avec des entrepreneurs pour dépenser de manière frauduleuse des millions de shekels de fonds publics sur des projets gonflés ou des travaux qui n’ont jamais été entrepris.

La police a indiqué que le suspect, qui n’a pas été identifié, était interrogé et placé sous caution.

Trois autres personnes ont également été mises en garde à vue, avec des preuves de leur implication dans des crimes relevant de la corruption, de la fraude, de l’abus de confiance et autres infractions, a indiqué la police.

L’enquête, menée par l’unité anti-corruption Lahav 433, a mis en évidence une coopération entre un responsable du ministère et des entrepreneurs, indique le communiqué. Les suspects auraient reçu des dizaines de millions de shekels des fonds de l’armée au fil des ans en exigeant un paiement pour une mission qui n’était pas réalisé ou pas mené à terme.

La police soupçonne également que le haut-responsable aurait sur-estimé l’ampleur de certains projets au profit des entrepreneurs, tout en dissimulant au ministère les travaux qui étaient réellement réalisés.

La police a indiqué que cette enquête s’inscrit dans le cadre de mesures visant à sanctionner les infractions sur fonds publics.

En décembre, la police a arrêté 20 personnes, notamment des responsables de l’armée, des employés du ministère de la Défense, et des employés de deux sociétés du secteur de la technologie, soupçonnait d’avoir volé plus de 100 millions de shekels des caisses du ministère de la Défense.

Les suspects auraient mis en place un plan pour facturer au ministère de la Défense des travaux de télécommunications militaires onéreux, qui, selon les enquêteurs, n’ont jamais été réalisés, ou seulement partiellement.

On ignore à l’heure actuelle si les deux affaires sont liées.

En octobre 2017, la police a mis en détention une dizaine de personnes, dont 6 militaires de carrière, soupçonnées d’avoir pris part à une autre fraude impliquant l’armée. Les suspects civils étaient employés de la société qui assure l’entretien des bases militaires. Ils auraient détourné des « sommes énormes » de l’armée pour des travaux qui n’ont jamais été terminés, avait indiqué l’armée.

Dans cette affaire, les militaires – un lieutenant-colonel, quatre généraux et un sous-officier – sont soupçonnés d’avoir fermé les yeux en échange d’un pot-de-vin.

Ces incidents surviennent en parallèle de l’affaire 3 000, un scandale de corruption de grande ampleur. Les autorités enquêtent sur une affaire de corruption et de pots-de-vin de plusieurs milliards de shekels dans des transactions avec le constructeur naval allemand ThyssenKrupp.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...