Rechercher

Des responsables palestiniens aux Etats-Unis pour préparer la visite d’Abbas

La Maison Blanche indique que le président Trump et le leader de l'AP chercheront à réaffirmer leur engagement à conclure un accord de paix

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, (à droite), avec Jason Greenblatt, conseiller et envoyé spécial du président américain pour les négociations internationales, au bureau d'Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, le 14 mars 2017. (Crédit : WAFA)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, (à droite), avec Jason Greenblatt, conseiller et envoyé spécial du président américain pour les négociations internationales, au bureau d'Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, le 14 mars 2017. (Crédit : WAFA)

De hauts responsables palestiniens devraient arriver dimanche à Washington pour préparer la visite du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à la Maison Blanche la semaine prochaine, pour sa première rencontre avec le président américain Donald Trump.

Le secrétaire général de l’OLP et le principal négociateur palestinien Saeb Erekat seront à la tête de cette délégation au cours d’une série de rencontres de haut rang avec des responsables de l’administration, dont Jared Kushner, gendre et conseiller de Trump et Jason Greenblatt, envoyé pour le Moyen Orient.

Le chef des services de renseignement palestinien Majed Faraj et le responsable de l’économie d’Abbas, Muhammed Mustasfa, feront également partie de la délégation.

Trump devrait accueillir Abbas à la Maison Blanche le 3 mai afin de redonner vie au processus de paix au Moyen Orient, a déclaré la Maison Blanche la semaine dernière.

« Ils utiliseront cette visite pour réaffirmer l’engagement des Etats-Unis et des Palestiniens à poursuivre et à conclure un accord qui mette un terme au conflit entre les Palestiniens et Israël », a commenté le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer dans un point-presse.

Trump s’est entretenu au téléphone pour la toute première fois avec Abbas au mois de mars, lorsqu’il l’a invité à la Maison Blanche.

Au mois de décembre, l’équipe de transition de Trump avait refusé de rencontrer des responsables palestiniens alors en visite à Washington, leur demandant de reprendre contact après l’investiture de Trump, le 20 janvier, selon Erekat, principal responsable des communications officielles avec les Etats Unis.

D’autres conseillers ont affirmé qu’Abbas avait tenté d’arranger un appel téléphonique avec Trump après l’élection de novembre et une fois encore après l’investiture, sans recevoir aucune réponse. La Maison Blanche n’avait pas non plus répondu à une lettre envoyée par Abbas au mois de janvier dans laquelle le leader palestinien exprimait son inquiétude concernant la possibilité d’une éventuelle relocalisation de l’ambassade américaine depuis Tel Aviv à Jérusalem.

Mais après avoir rencontré Greenblatt à Ramallah le mois dernier, Abbas avait indiqué croire en un accord de paix « historique » avec Israël sous la présidence de Trump.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à droite, rencontre Jason Greenblatt, conseiller et envoyé spécial du président américain pour les négociations internationales, au bureau d'Abbas dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 14 mars 2017 (Crédit : WAFA)
Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à droite, rencontre Jason Greenblatt, conseiller et envoyé spécial du président américain pour les négociations internationales, au bureau d’Abbas dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 14 mars 2017 (Crédit : WAFA)

Greenblatt avait déclaré aux ministres des Affaires étrangères arabes une semaine plus tard que Trump s’était engagé à conclure un accord entre Israël et les Palestiniens qui « se répercuterait » à travers le Moyen Orient et dans le monde.

Greenblatt a d’ores et déjà fait deux séjours dans la région depuis que Trump est entré dans le Bureau ovale au mois de janvier avec pour objectif de faire redémarrer les négociations de paix, dormantes depuis longtemps.

Au cours de ces visites, il a rencontré de multiples acteurs du conflit, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Abbas. Trump a accueilli Netanyahu à la Maison Blanche au mois de février.

Dans une interview publiée la semaine dernière sur le site d’informations japonais Asahi Shimbun, Abbas a exprimé sa volonté de rencontrer Netanyahu à Washington sous les auspices de l’administration Trump.

« Je suis prêt à rencontrer le Premier ministre d’Israël n’importe quand à Washington sous le parrainage du président Trump », a-t-il affirmé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...