Des scientifiques israéliens stoppent des tumeurs du cerveau chez des souris
Rechercher

Des scientifiques israéliens stoppent des tumeurs du cerveau chez des souris

Le glioblastome chez les rongeurs et dans les cellules humaines en laboratoire a été bloqué par un composé, "ouvrant la voie à une thérapie" contre le cancer du cerveau

Illustration d'une tumeur cérébrale causée par un glioblastome. (peterschreiber.media via iStock by Getty Images)
Illustration d'une tumeur cérébrale causée par un glioblastome. (peterschreiber.media via iStock by Getty Images)

Des chercheurs israéliens pensent pouvoir rendre moins mortel le cancer du cerveau le plus meurtrier, après avoir empêché les tumeurs de se développer chez des souris et dans un modèle de laboratoire utilisant des cellules humaines en bloquant l’accès à des protéines spécifiques.

Le glioblastome n’a qu’un taux de survie de 40 % après un an et de 5 % après cinq ans, même avec la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie.

Mais la professeure Ronit Satchi-Fainaro a déclaré qu’elle avait bon espoir que sa nouvelle étude, menée sur des souris et des modèles de laboratoire, rende la maladie « chronique mais gérable, voire la guérisse complètement. »

Son équipe a manipulé des centaines de souris pour leur donner un glioblastome, qui représente la moitié de tous les cancers primaires du cerveau et est considéré comme le cancer le plus agressif qui commence dans le cerveau.

Toutes les souris ont développé une tumeur cérébrale et sont mortes en quelques semaines, à moins qu’elles n’aient pris un composé chimique pour bloquer la production de la protéine P-sélectine. Les souris qui ont pris le bloquant de P-sélectine ont toutes récupéré et survécu.

Un médecin examine l’image de radiographie du cerveau du patient obtenue par IRM. (utah778 via iStock by Getty Images)

Le composé bloquant la protéine a également inhibé la croissance de cellules tumorales prélevées sur des patients humains et insérées dans un modèle 3D de cerveau humain en laboratoire, a déclaré Mme Satchi-Fainaro.

L’étude vient d’être publiée dans la revue à comité de lecture Nature Communications, et Mme Satchi-Fainaro a déclaré qu’elle espérait que des essais sur l’homme seraient bientôt menés et qu’ils permettraient de conclure que le blocage de la protéine P-Selectin est un traitement du glioblastome.

Cellules cancéreuses de glioblastome. (Autorisation de l’Université de Tel Aviv)

« Nous parlons d’un des cancers les plus agressifs, qui est considéré comme un stade quatre dès le diagnostic, et c’est vraiment passionnant », a-t-elle déclaré. « Cela ouvre la voie à une nouvelle thérapie pour une maladie pour laquelle il n’y a eu aucune nouveauté en termes de traitement au cours de la dernière décennie. »

Mme Satchi-Fainaro, directrice du centre de recherche en biologie du cancer de l’université de Tel Aviv et chef du laboratoire de recherche sur le cancer et la nanomédecine de l’institution, a souligné que le blocage de la protéine P-sélectine ne nécessitera pas de nouveaux médicaments, car des bloquants ont déjà été mis au point pour traiter d’autres pathologies et se sont avérés sûrs lors d’essais cliniques en cours.

La Prof. Ronit Satchi-Fainaro, directrice du centre de recherche en biologie du cancer et chef du laboratoire de recherche sur le cancer et la nanomédecine de l’université de Tel Aviv. (Autorisation de l’université de Tel Aviv)

Son équipe, qui comprenait l’étudiant en doctorat Eilam Yeini et le Dr Asaf Madi, a décidé d’étudier la possibilité de bloquer la sélectine P après avoir étudié la façon dont les cellules de glioblastome « corrompent » un aspect du système immunitaire du cerveau.

« Il existe des cellules du système immunitaire du cerveau appelées microglies, et elles sont censées bloquer les pathologies, y compris le cancer », a-t-elle expliqué. « Nous voulions comprendre comment elles perdent leur capacité à inhiber ce cancer, le glioblastome ».

Ils ont conclu que la tumeur « corrompt et rééduque » la microglie, de sorte qu’au lieu de défendre le cerveau contre le cancer, elle génère la protéine P-sélectine, qui favorise la croissance de la tumeur.

« Nous nous sommes demandé ce qui se passait si nous bloquions la sécrétion des protéines P-sélectines qui ne sont normalement pas présentes mais qui se retrouvent soudainement en grande quantité dans le cerveau en présence d’une tumeur.

« Nous avons découvert qu’en bloquant l’expression de la sélectine P, nous empêchions la microglie de supprimer le système immunitaire et de favoriser la croissance des tumeurs dans le cerveau. Nous avons pu tester cette méthode avec succès sur des souris, et sur des cellules tumorales dans le modèle 3D, avec des résultats très encourageants. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...