Des soldats israéliens pris pour cible dans un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem
Rechercher

Des soldats israéliens pris pour cible dans un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem

Des pierres ont été jetées sur les policiers qui aidaient le bus, tombé en panne, dans lequel voyageaient 3 militaires, à sortir de Mea Shearim

Manifestation ultra-orthodoxe contre l'emprisonnement d'un étudiant en yeshiva qui a refusé de se présenter au bureau de recrutement de l'armée pour se faire exempter, dans le quartier Mea Shearim de Jérusalem, le 7 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Manifestation ultra-orthodoxe contre l'emprisonnement d'un étudiant en yeshiva qui a refusé de se présenter au bureau de recrutement de l'armée pour se faire exempter, dans le quartier Mea Shearim de Jérusalem, le 7 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Plusieurs soldats israéliens en uniforme ont été insultés dimanche soir dans un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem, quand le bus dans lequel ils voyageaient est tombé en panne.

Un bus passant dans Mea Shearim transportant plusieurs personnes, dont trois soldats en uniforme, est tombé en panne, et tous les passagers présents à bord ont dû quitter le véhicule, a indiqué une porte-parole de la police.

Quand ils ont remarqué les soldats, des dizaines d’hommes ultra-orthodoxes se sont rassemblés et ont commencé à leur crier des insultes.

La police a été appelée sur place et a dispersé la foule, qui tentait de bloquer la route et d’empêcher le bus de repartir. Alors que les agents aidaient le bus à manœuvrer pour sortir, ils ont été la cible de pierres et d’autres objets lancés par les habitants.

Il n’y a pas eu de blessés.

Ces dernières semaines, Mea Shearim a été le théâtre de nombreuses attaques, verbales comme physiques, contre des soldats israéliens en uniforme par des membres extrémistes de la communauté ultra-orthodoxe.

Les agressions, les menaces et les manifestations violentes des membres de la communauté trouvent généralement leur origine dans leur opposition à la participation au service militaire obligatoire pour la majorité des citoyens israéliens.

Ces attaques ont été dénoncées par les autorités militaires, la police et des politiciens de gauche comme de droite, mais pas par les députés ultra-orthodoxes.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...