Des start-ups israéliennes prennent les premières places d’un concours chinois
Rechercher

Des start-ups israéliennes prennent les premières places d’un concours chinois

Deux entreprises israéliennes – NiNiSpeech et AerialGuard – ont remporté les Global Innovation Awards 2016 en Chine

Les finalistes et les partenaires du GIA 2016 (Crédit : Autorisation)
Les finalistes et les partenaires du GIA 2016 (Crédit : Autorisation)

Pour la deuxième année consécutive, les start-ups israéliennes ont reçu les meilleurs prix à l’un des événements les plus importants pour les start-ups dans le monde, cette semaine.

NiNiSpeech – qui a développé une plate-forme numérique révolutionnaire pour le traitement des troubles de la parole – a remporté la première place aux Global Innovation Awards de 2016, un concours de start-ups mondial avec 21 start-ups du monde entier en compétition pour gagner 1,5 million de dollars. AerialGuard – qui a créé un système de navigation autonome pour les avions sans pilote – a remporté la deuxième place.

Les deux lauréats israéliens du concours de cette année ont fait face à 21 finalistes du monde entier – 10 de la Chine, 6 des États-Unis, 3 d’Israël et 2 d’Europe. Les gagnants ont été sélectionnés par 11 juges venus du monde entier et par le vote en temps réel d’un public de plus de 1 000 personnes.

Les finalistes ont été sélectionnés parmi 3 000 start-ups internationales grâce à un processus qui a duré huit mois et qui a été mis en place dans quatre régions géographiques.

L’année dernière, la start-up israélienne DiaCardio, le développeur de logiciels innovants pour le décodage des écho-cardiogrammes, avait reçu le premier prix.

Le fait qu’Israël ait le nombre de start-ups sélectionnées le plus important pour participer au concours de l’ensemble du continent européen témoigne de ce que pense la Chine de la technologie israélienne, selon Xueling Cao, la directrice du Shengjing Group and Shengjing Fund of Funds, qui en partenariat avec Jerusalem Venture Partners parraine la partie israélienne de l’événement.

« Quand nous sommes arrivés en Israël il y a plusieurs années, nous ne savions presque rien du pays, sauf qu’il avait un bon potentiel technologique », a-t-elle expliqué. « Maintenant, nous nous rendons compte du niveau de l’innovation israélienne et à quel point le partenariat est important avec Israël ».

EMC, Microsoft Accelerator, Poalim hi-Tech, Ernst & Young Israel, HFN, Nautilus by AOL, et PR Newswire ont participé à l’organisation de la version israélienne de l’événement.

Les lauréats ont été sélectionnés sur la base des classements déterminés par 13 juges internationaux, en plus des classements en temps réel des start-ups effectués par un public de plus de 1 000 personnes du Zhongguancun International Entrepreneur Festival, qui attire les entrepreneurs et les investisseurs de partout dans le monde.

En plus des prix en espèces, les start-ups ont eu la chance de présenter leurs solutions technologiques aux investisseurs, ainsi qu’à de grands groupes technologiques de Chine et du monde entier.

Le gagnant de cette année, NiNiSpeech, a développé une technologie pour aider les personnes qui bégaient à utiliser une technologie mobile. Pour surmonter un bégaiement – et pour la thérapie de la parole en général – l’exercice permet de se perfectionner. Cependant, trouver des individus pour s’exercer dans un environnement neutre et sûr n’est pas toujours facile. En fait, le manque de confiance et d’exercice, entre autres choses, est un problème majeur dans le traitement du bégaiement, avec 84 % des patients qui rechutent dans le bégaiement après avoir suivi un traitement, selon les chiffres de l’industrie cités par la société.

NiNiSpeech fournit une plate-forme qui permet aux individus en thérapie pour bégaiement d’être en relation avec des thérapeutes via leurs appareils mobiles, qui leur conseillent des exercices, des jeux, des mesures, des conseils, etc… – une sorte de groupe de soutien mobile offrant un environnement sûr pour les patients, qui peuvent s’exercer sans se soucier de la planification ou du malaise social, selon le fondateur et le PDG Yair Shapira, dont l’enfant souffre d’un trouble de la parole.

« Être à la première place est une victoire personnelle pour moi et un nouvel espoir pour des millions d’enfants et d’adultes dans le monde qui souffrent de l’agonie quotidienne créée par la difficulté à s’exprimer couramment », a déclaré Shapira.

AerialGuard, qui a été placé à la deuxième place, développe des systèmes de navigation autonomes avancés pour les véhicules sans pilote. La société cible l’industrie des drones civils et aide les fabricants de drones à automatiser leurs drones en leur fournissant des capacités autonomes. Ils peuvent ainsi « ressentir et éviter » et disposent d’une navigation intelligente en conformité avec les missions des drones.

Itay Orr, le cofondateur de la société, a déclaré que « la compétition a été une expérience enrichissante qui a souligné le besoin réel de notre technologie, qui, avec des moyens relativement simples, transforme chaque drone en un drone autonome… La Chine est une superpuissance pour les drones. Nous espérons que notre victoire à la compétition nous aidera à faire progresser nos activités en Chine et dans d’autres endroits stratégiques en Asie de l’Est », a-t-il espéré.

Selon le partenaire de JVP, Yoav Tzruya, qui était l’un des juges de la finale, « le fait qu’une start-up israélienne ait remporté le concours pour la deuxième année consécutive, non seulement démontre l’avance technologique d’Israël mais aussi la manière de penser en dehors des sentiers battus mais également la pertinence du marché de la technologie israélienne pour les marchés mondiaux, en particulier en mettant l’accent sur la Chine ».

« Un véritable avantage concurrentiel », a poursuivi Tzruya, « est basé sur la pensée technologique profonde et la compréhension aiguë du marché et des problèmes dans les domaines. Les entrepreneurs israéliens sont devenus forts pour faire ces deux choses, en ouvrant la voie à une circulation de l’écosystème de la start-up israélienne ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...