Des survivants de la Shoah à nouveau privés d’allocations
Rechercher

Des survivants de la Shoah à nouveau privés d’allocations

Selon Haaretz, ce sont 11 000 survivants qui ne recevront pas leur pension, à cause d'une dispute entre deux organismes

Des survivants, souvent accompagnés de leurs enfants ou petits-enfants, allument six torches lumineuses à Yad Vashem, à la veille du Yom HaShoah (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash 90)
Des survivants, souvent accompagnés de leurs enfants ou petits-enfants, allument six torches lumineuses à Yad Vashem, à la veille du Yom HaShoah (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash 90)

Pour les survivants de la Shoah vivant dans la pauvreté en Israël, leur allocation mensuelle est indispensable. Pourtant, 11 000 d’entre eux ne recevront pas leur pension de juillet, à cause d’une dispute entre les deux organismes chargés de la distribution, révèle le journal Haaretz.

Les allocations n’ont pas été versées pendant plus d’un an, de juillet 2015 à avril 2016, mais le ministère des Finances pensait avoir trouvé la solution en fournissant les fonds aux rescapés.

Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, avait promis que l’argent serait versé chaque trimestre, à hauteur de 2 750 shekels par trimestre, mais, selon Haaretz, ce ne sera pas le cas pour le deuxième trimestre 2016.

La faute à la compagnie pour la localisation et la restitution des biens des victimes de la Shoah (Hashava en hébreu) qui distribue habituellement cet argent : bien que le gouvernement soit d’accord pour la financer, elle refuse de signer un document l’obligeant à rembourser ensuite le gouvernement.

Car Hashava est engagée dans une autre bataille judiciaire, avec le Fonds colonial juif, une institution créée en 1899 : elle détient 5 % des parts de la banque Leumi, et refuse de les vendre à Hashava, de peur de perdre de l’argent. Or, ces parts feraient partie de l’héritage des rescapés de la Shoah.

Le gouvernement a montré sa bonne volonté, arguant que l’argent était prêt, et le ministre adjoint aux Finances tiendra cette semaine une réunion avec les présidents des deux compagnies, espérant atteindre un accord. Sinon, le gouvernement pourrait dissoudre Hashava. Un comité législatif de la Knesset devrait également s’attaquer au problème, afin que de telles disputes ne puissent plus se produire, – au détriment des survivants de la Shoah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...