Des Syriens sur le Golan planifient un ‘Front de résistance’ contre Israël
Rechercher

Des Syriens sur le Golan planifient un ‘Front de résistance’ contre Israël

Un officiel syrien local dit que le mouvement populaire unira les activités des deux côtés de la frontière

Des observateurs de l'ONU au sommet du mont Bental du côté israélien de la frontière avec la Syrie, près de la ville de Quneitra, le 30 mai 2015. Illustration. (Crédit : Yossi Zamir / Flash90)
Des observateurs de l'ONU au sommet du mont Bental du côté israélien de la frontière avec la Syrie, près de la ville de Quneitra, le 30 mai 2015. Illustration. (Crédit : Yossi Zamir / Flash90)

Des Syriens le long de la frontière avec Israël envisagent de mettre en place un front « intégré » pour combattre Israël, aurait dit un responsable syrien selon des médias iraniens qui l’ont cité dimanche.

Le responsable, d’un gouvernement local de la région de Qouneitra sur le Golan syrien limitrophe à Israël, a déclaré à l’agence de presse iranienne semi-officielle Fars que les groupes allaient bientôt commencer à travailler contre Israël sur le plateau conquis par Israël en 1967.

« Nous allons voir l’intégration de la résistance populaire tant dans les territoires libres qu’occupés du Golan », a déclaré Raafat al-Bokar à Fars.

« Je dis en toute confiance que le peuple n’a jamais cessé et ne cessera jamais sa résistance ; nous allons bientôt assister à des efforts intégrés par les forces de la résistance populaire à travers tout le plateau du Golan contre Israël », a ajouté al-Bokar.

Les responsables israéliens restent sur leurs gardes concernant les efforts de frapper Israël – tant de la part des rebelles islamistes, qui contrôlent certaines zones frontalières; que des milices soutenues par l’Iran, opérant sous l’égide du régime de Damas.

La semaine dernière, le terroriste affilié au Hezbollah Samir Kuntar, qui dirigeait des efforts pour lancer des attaques contre Israël depuis le Golan, a été éliminé, dans un raid aérien attribue à Israël.

D’autres frappes aériennes israéliennes auraient également visé des personnalités iraniennes et du Hezbollah suspectées d’avoir mis en place des bases pour attaquer Israël.

Israël revendique la partie occidentale du plateau du Golan, qui a été conquise durant la guerre des Six Jours en 1967 et l’a officiellement annexée en 1981 – un geste qui n’a jamais été reconnu par la communauté internationale.

Le plateau est considéré comme un atout stratégique essentiel pour Israël, car il surplombe les villes et villages d’une grande partie de la Galilée, mais la Syrie maintient ses revendications sur la région.

Quneitra est une ville syrienne qui se trouve le long de la frontière entre Israël et la Syrie et qui a été abandonnée après la guerre de 1973 entre Israël et la Syrie.

Une force de maintien de la paix des Nations Unies patrouille dans la zone située entre Israël et la Syrie qui est restée essentiellement calme depuis 1973, même si les casques bleus ont parfois été pris au milieu des combats fratricides en Syrie.

Sur le côté israélien du plateau du Golan il y a quatre villes druzes. Beaucoup de résidents se considèrent Syriens, et maintiennent des liens avec leurs frères au delà de la frontière, lesquels constituent environ 5 % de la population de la Syrie d’avant-guerre qui comptait 23 millions de personnes.

Les autorités disent qu’il y a 110 000 Druzes dans le nord d’Israël, et 20 000 autres sur le Golan israélien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...