Des tags nazis sur un commerce à Bergerac
Rechercher

Des tags nazis sur un commerce à Bergerac

Début juillet, une croix gammée a entre autres été dessinée sur un bar-tabac tenue, selon la presse locale, par une femme d'origine juive

La ville de Bergerac, en Dordogne, dans le sud-ouest de la France (Crédit: Flyer84/Wikimedia Commons)
La ville de Bergerac, en Dordogne, dans le sud-ouest de la France (Crédit: Flyer84/Wikimedia Commons)

La ville de Bergerac en Dordogne n’est pas connue pour abriter une grande communauté juive. Au contraire, sans synagogue, ni magasins cashers, la ville est plus connue pour son foie gras de canard et son confit d’oie.

Pourtant, raconte le quotidien Sud Ouest, en se rendant de bon matin à son commerce début juillet, « Christine Weiss, gérante du tabac Chez Néné, à Bergerac, rue Neuve-d’Argenson, a découvert (…) qu’une grosse croix gammée réalisée à la bombe de peinture noire souillait la vitrine, assortie de différents mots et gribouillis ».

« La plupart sont illisibles, mais Christine Weiss en a nettement déchiffré certains, comme l’inscription « jude ».

« Je suis blessée, glisse cette femme de confession israélite. Mais j’ai surtout pitié pour ceux qui ont fait ça. » explique-t-elle au même journal.

De nombreux observateurs du monde juif français, rejoint par le Premier ministre Edouard Philippe et le délégué interministériel à la lutte contre le racisme l’antisémitisme et les actes anti-Lgbt Frédéric Potier, dénoncent depuis le printemps dernier un « antisémitisme du quotidien », de basse intensité, émaillé régulièrement de faits tragiques, comme récemment les assassinats de Sarah Halimi et de Mireille Knoll.

Au lendemain du dîner du Crif, le Premier ministre avait d’ailleurs annoncé le lancement d’un nouveau plan pour lutter contre l’antisémitisme et le racisme, avec l’ambition de mener une lutte « plus efficace » sur internet en contraignant les plate-formes à « prendre leurs responsabilités » s’inspirant ouvertement du modèle allemand.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...