Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Des tuiles antiques témoignent de la présence grecque à Jérusalem à l’époque de Hanoukka

Offrant plus de contexte à la révolte des Macchabées, des fouilles entreprises à la Cité de David apportent la preuve la plus ancienne de l'usage de tuiles en céramique sur la Terre d'Israël

Yaakov Schwartz est le rédacteur adjoint de la section Le monde juif du Times of Israël

  • Des fragments de tuile en céramique découverts lors des fouilles entreprises sur le parking Givati. (Crédit : Eliyahu Yannai, City of David National Park)
    Des fragments de tuile en céramique découverts lors des fouilles entreprises sur le parking Givati. (Crédit : Eliyahu Yannai, City of David National Park)
  • Un fragment de tuile en céramique découvert lors des fouilles entreprises sur le parking Givati. (Crédit : Eliyahu Yannai, City of David National Park)
    Un fragment de tuile en céramique découvert lors des fouilles entreprises sur le parking Givati. (Crédit : Eliyahu Yannai, City of David National Park)
  • La docteure Ayala Zilberstein de l'Autorité israélienne des Antiquités et de l'université de Tel Aviv. (Crédit : Eliyahu Yannai, City of David National Park)
    La docteure Ayala Zilberstein de l'Autorité israélienne des Antiquités et de l'université de Tel Aviv. (Crédit : Eliyahu Yannai, City of David National Park)
  • Le site des fouilles du parking Givati à la Cité de David. (Crédit : Kobi Harati, City of David)
    Le site des fouilles du parking Givati à la Cité de David. (Crédit : Kobi Harati, City of David)
  • Les fragments de tuile en céramique découverts lors des fouilles entreprises sur le parking Givati. (Crédit : Emil Aladjem, Autorité israélienne des antiquités)
    Les fragments de tuile en céramique découverts lors des fouilles entreprises sur le parking Givati. (Crédit : Emil Aladjem, Autorité israélienne des antiquités)
  • Un fragment de tuile en céramique découvert lors des fouilles entreprises sur le parking Givati. (Crédit : Eliyahu Yannai, City of David National Park)
    Un fragment de tuile en céramique découvert lors des fouilles entreprises sur le parking Givati. (Crédit : Eliyahu Yannai, City of David National Park)
  • Les fouilles entreprises sur le parking Givati, dans la Cité de David. (Crédit :  Yonit Schiller, City of David)
    Les fouilles entreprises sur le parking Givati, dans la Cité de David. (Crédit : Yonit Schiller, City of David)

Seize fragments de tuile en céramique offrent un nouvel aperçu sur la manière dont Antiochos IV Épiphane – le célèbre scélérat de l’histoire de Hanoukka – n’a pas seulement introduit ses armées à Jérusalem mais également la culture grecque.

Ces fragments, qui datent du second siècle avant l’ère commune, ont été découverts dans le parc national de la Cité de David qui entoure la Vieille Ville de Jérusalem. Ils sont la preuve la plus ancienne connue de l’utilisation de tuiles en céramique sur la Terre d’Israël.

Trouvés lors de fouilles archéologiques entreprises au parking Givati sous la direction du docteur Yiftah Shalev et du docteur Filip Vukosavović, de l’Autorité israélienne des Antiquités (IAA), et du professeur Yuval Gadot, de l’université de Tel Aviv – les excavations ont été financées par la Fondation de la Cité de David – ces fragments seront présentés au public pour la toute première fois le 11 décembre lors d’une conférence de l’IAA intitulée « En ces jours, à ce moment – les Hasmonéens arrivent ».

« Jusqu’à présent, nous n’avions que peu de preuves matérielles de la présence des Grecs séleucides à Jérusalem », explique Vukosavović. « Les nouvelles tuiles qui ont été découvertes dans la Cité de David fournissent des vestiges tangibles qui témoignent de cette présence dans la région, ce qui nous met en relation avec l’histoire de Hanoukka ».

« C’est absolument enthousiasmant de rencontrer le roi Antiochos IV Épiphane ‘en face à face’ presque 2000 ans après les événements de Hanoukka, » continue-t-il.

Les tuiles en céramique ont été inventées en Grèce et elles peuvent avoir été utilisées dès le 7e siècle avant l’ère commune – leur caractère durable et leur résistance à l’eau avaient entraîné rapidement leur adoption dans les territoires environnants. Mais – ce qui est un phénomène peut-être familier aux Israéliens de l’époque moderne – ces tuiles ne devaient pas être trouvées sur la Terre d’Israël pendant approximativement encore 500 ans.

Les fragments de tuile en céramique découverts lors des fouilles entreprises sur le parking Givati. (Crédit : Emil Aladjem, Autorité israélienne des antiquités)

Cela avait été les représentants du roi séleucide Antiochos IV, qui avait régné sur de vastes territoires s’étendant de la Syrie à la Perse, qui avaient amené le savoir-faire et la tradition des tuiles depuis la Syrie placée sous leur gouvernance, indiquent les chercheurs.

La docteure Ayala Zilberstein de l’Autorité israélienne des Antiquités et de l’université de Tel Aviv. (Crédit : Eliyahu Yannai, City of David National Park)

« Le climat et les précipitations relativement faibles en Israël – en plus d’autres facteurs – ne justifiaient pas l’usage de ce type de tuile pour les toits et pourtant, Antiochos a choisi de les utiliser, probablement pour des raisons culturelles et pour transmettre un message – message transmis par l’introduction de la culture monumentale grecque dans le pays, à courte distance du mont du Temple », commente Vukosavović.

Selon le livre des Macchabées, en l’an 168 avant l’ère commune, Antiochos IV avait envoyé ses soldats à Jérusalem où ils avaient profané le Temple et tenté d’éradiquer le Judaïsme, interdisant le respect du Shabbat et des fêtes, ainsi que la pratique de la circoncision. Ce qui avait entraîné la révolte des Macchabées et la reprise du Temple, commémorée aujourd’hui par la fête de Hanoukka.

Le docteur Filip Vukosavović présente un fragment de tuile en céramique découvert lors des fouilles entreprises sur le parking Givati. (Crédit : Eliyahu Yannai, City of David National Park)

Mais même après la purification du Temple, le conflit entre les Macchabées, les Juifs hellénisés et les séleucides devait durer encore 30 avant que les Macchabées n’obtiennent l’indépendance.

Pour ancrer sa mainmise sur Jérusalem, Antioche IV avait fait construire une forteresse puissante, l’Acra. Alors que l’Acra avait eu un impact énorme sur les habitants de Jérusalem pendant des décennies – et malgré les nombreuses descriptions de cette dernière qui figurent dans les sources littéraires juives et autres – sa localisation précise a été perdue avec le temps et elle fait l’objet de débat entre experts.

« Les découvertes architecturales qui ont été faites ces dernières années ont relancé les discussions et elles renforcent, en fait, l’idée que la forteresse se trouvait sur la colline de la Cité de David », indique la docteure Ayala Zilberstein, de l’Autorité israélienne des Antiquités de l’université de Tel Aviv.

« La découverte des tuiles constitue une preuve supplémentaire et vient renforcer, depuis un angle différent, les indications d’une présence des Grecs dans la Cité de David, une preuve qui atteste de traditions de construction étrangères », continue-t-elle. « Les tuiles étaient très rares dans notre région à cette période et elles étaient totalement étrangères aux traditions de construction locale – ce qui montre que la technique de l’utilisation de tuiles pour couvrir le toit d’une tour, d’une structure qui pouvait se trouver à l’intérieur de cette fameuse forteresse a été amenée par des gouvernants étrangers depuis les territoires qui étaient sous le contrôle de la Grèce ».

Les chercheurs à l’origine des fouilles ont fait part de leur émerveillement face à cette trouvaille qui pourrait avoir un impact démesuré – comme cela avait été le cas de ce petit groupe de rebelles entré dans l’Histoire sous le nom des macchabées.

« La manière dont une petite découverte de ce type peut ouvrir une minuscule fenêtre sur un monde vaste de recherche est surprenant », ont-ils déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.