Désaccord au Likud sur le protocole à suivre lors de Yom HaAtsmaout
Rechercher

Désaccord au Likud sur le protocole à suivre lors de Yom HaAtsmaout

En conflit avec la ministre de la Culture, le président de la Knesset déclare qu'il boycottera l'événement des flambeaux si le Premier ministre rompt avec la tradition

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, avec la ministre de la Culture Miri Regev lors d'une cérémonie le 26 avril 2017 à la Knesset, en l'honneur des torches lors de la cérémonie du 69e anniversaire du Mont Herzl. (Yonatan Sindel / Flash90)
Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, avec la ministre de la Culture Miri Regev lors d'une cérémonie le 26 avril 2017 à la Knesset, en l'honneur des torches lors de la cérémonie du 69e anniversaire du Mont Herzl. (Yonatan Sindel / Flash90)

Deux hauts personnages du Likud, le parti au pouvoir, se sont opposés mardi soir quant à la possibilité du Premier ministre Benjamin Netanyahu d’assister à la cérémonie annuelle d’illumination des torches le mois prochain pour célébrer le début de la fête de l’indépendance.

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, a été mécontent de la décision de participation de Netanyahu, qui rompt avec une tradition selon laquelle le président de la Knesset est le plus haut responsable de l’événement. Cette semaine, il a déclaré qu’un tel scénario l’inciterait, lui et la garde de la Knesset, à boycotter la cérémonie.

Lors d’une conférence organisée par le journal Yedioth Ahronoth dimanche, Edelstein a déclaré que « quelqu’un » avait donné un mauvais conseil au Premier ministre et l’avait convaincu d’assister à la cérémonie. Référence directe à la ministre de la Culture Miri Regev, très fidèle alliée de Netanyahu, qui a riposté deux jours plus tard.

« Il est très regrettable que le président de la Knesset transforme la cérémonie nationale en une petite querelle personnelle », a déclaré M. Regev. « Le mont Herzl n’est pas son domaine privé et, avec tout le respect que je lui dois, il ne s’agit pas d’une cérémonie personnelle et les questions personnelles devraient être retirées du discours public. La garde de la Knesset n’est pas non plus la garde royale privée d’Edelstein. »

« La décision de participer ou non à la cérémonie revient exclusivement au Premier ministre », a-t-elle poursuivi. « Comme l’a décidé le comité ministériel pour les célébrations du 70ème anniversaire, il serait approprié que le président, le Premier ministre et un chef d’Etat international prennent la parole lors de la cérémonie. Il honorerait les citoyens et même la Knesset et son chef. »

L’allumage de 12 torches par des personnes considérées comme ayant apporté une contribution exceptionnelle à la société est le point culminant de la cérémonie annuelle qui se tient à la tombée de la nuit, aux côtés de défilés, de danse, de musique et de feux d’artifice.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara à la cérémonie du jour de l’Indépendance, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 26 avril 2017. (Haim Zach / GPO)

La participation de Netanyahu est considérée comme faisant partie d’une campagne de réorganisation de la cérémonie, qui s’est tenue au Mont Herzl à Jérusalem, pour donner une impulsion supplémentaire au 70ème anniversaire d’Israël. Le premier ministre a envoyé l’année dernière des lettres personnelles aux chefs d’État du monde entier pour les inviter à l’événement. Les cérémonies précédentes étaient généralement suivies par des envoyés étrangers ou des attachés militaires.

Edelstein a accusé Regev d’essayer de « nuire » à la cérémonie.

« La cérémonie d’allumage des torches appartient à tous les citoyens de l’Etat d’Israël et par conséquent la Knesset, qui représente toutes les franges de la société israélienne, est la seule autorité qui peut exprimer cela », at-il déclaré dans un communiqué. « Cela a été la coutume depuis que l’Etat a été créé. »

« Il est regrettable que la ministre de la Culture tente de nuire pour la première fois à une cérémonie qui est la plus pure et la plus belle expression du peuple israélien et de l’identité israélienne », a-t-il ajouté. « Celui qui nuit à la cérémonie sabotera l’une des valeurs les plus belles et les plus émouvantes que nous avons. »

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...