Deux chanteurs israéliens critiqués pour avoir posé avec des faucons aux EAU
Rechercher

Deux chanteurs israéliens critiqués pour avoir posé avec des faucons aux EAU

Un expert a déclaré aux managers des deux artistes qu'il ne reste que quelques faucons dans la nature alors que 8 400 sont piégés, chaque année, pour être formés pour le sport

Le chanteur israélien Omer Adam pose pour une photo avec un faucon aux Emirats arabes unis. (Crédit : Instagram)
Le chanteur israélien Omer Adam pose pour une photo avec un faucon aux Emirats arabes unis. (Crédit : Instagram)

La Société de protection de la nature israélienne a volé dans les plumes de deux célèbres chanteurs israéliens, Omer Adam et Aviv Geffen, mardi. Les deux artistes avaient posé pour des photographies avec des faucons alors qu’ils se trouvaient aux Emirats arabes unis.

L’organisation de défense de l’environnement est entrée en contact avec les managers des deux artistes pour leur signaler que les faucons étaient menacés d’extinction partout dans le monde et qu’ils étaient soumis à d’importantes souffrances lorsqu’ils étaient attrapés et entraînés pour la chasse.

Entre 6 825 et 8 400 faucons sont piégés, chaque année, dans la nature, pour être entraînés à la chasse, a expliqué Dan Alon, à la tête des activités ornithologiques de l’association. Il a ajouté que seulement 12 200 à 29 800 représentants de l’espèce seraient encore aujourd’hui, selon les estimations, dans leur environnement naturel.

« Même si vous l’ignoriez avant d’avoir pris ces photos, elles ont été téléchargées sur internet et elles ont été très exposées », a-t-il continué dans un courrier adressé aux managers respectifs des deux artistes.

Le chanteur israélien Aviv Geffen à l’EMI, l’association des artistes israéliens, à Petah Tikva, le 17 février 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« En tant que plus importante organisation de la préservation de la nature en Israël, il est important pour nous de souligner ce phénomène, qui ne devrait plus exister en 2020 », a-t-il poursuivi.

Alon a indiqué espérer que les futurs visiteurs israéliens, aux Emirats, éviteraient tout contact avec les faucons apprivoisés.

La fauconnerie est une tradition de longue date dans la péninsule arabe, et les meilleurs rapaces peuvent se vendre des dizaines de milliers de dollars.

A LIRE : Un prince saoudien achète 80 billets d’avion pour ses faucons

Aux Emirats arabes unis, la course de fauconnerie de la coupe du Président est récompensée de plusieurs millions de dollars.

A LIRE : La « diplomatie du faucon » du Kremlin réveille les craintes de braconnage

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...