Rechercher

Deux commandants ont maltraité des soldats ultra-orthodoxes de la Netzah Yehuda

Les soldats ont reçu des coups de pied, se sont vus refuser des soins médicaux; Un sous-officier a été relevé de son commandement et un autre a fait l'objet de mesures disciplinaires

Illustration. Soldats appartenant à l'unité ultra-orthodoxe Netzah Yehuda de Tsahal. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Illustration. Soldats appartenant à l'unité ultra-orthodoxe Netzah Yehuda de Tsahal. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Des soldats du bataillon religieux Netzah Yehuda ont affirmé avoir été fréquemment maltraités par des commandants pendant leur entraînement, a rapporté la Douzième chaîne lundi, citant une enquête interne de Tsahal.

Les soldats ont déposé ces plaintes lors d’une inspection surprise de la base l’année dernière. Ils ont dit avoir été battus, humiliés et qu’un traitement médical leur avait été refusé.

Parmi les allégations formulées, un soldat a reçu un coup de pied dans les côtes parce qu’il n’était pas assez rapide lors d’une course d’entraînement. Un autre soldat a déclaré qu’il avait uriné dans son pantalon en raison du froid extrême et qu’on lui avait ordonné de rester dans ses vêtements sales toute la journée.

Plusieurs soldats ont déclaré s’être vus refuser un traitement médical, tandis que d’autres ont dit qu’ils n’avaient pas eu le temps promis pour répondre à des besoins religieux comme la prière.

En réponse à ce reportage de la Douzième chaîne, Tsahal a déclaré que deux sous-officiers, un sergent et un commandant d’escouade, avaient été sanctionnés.

« Suite aux conclusions du reportage, une enquête a été menée par le commandant de la base, qui a constaté que deux commandants avaient manqué à leurs devoirs », a déclaré l’armée. « Le commandant de la base a relevé l’un d’entre eux de son commandement et a adressé une réprimande disciplinaire à un autre. »

La Douzième chaîne, citant l’enquête interne, a déclaré que ces incidents étaient particulièrement problématiques étant donné la difficulté pour Tsahal d’inciter les jeunes ultra-orthodoxes à s’engager dans l’armée.

Les hommes haredi peuvent obtenir des exemptions de l’armée en s’inscrivant pour étudier dans une yeshiva. Ceux qui choisissent de s’engager sont souvent confrontés à une pression sociale intense de la part de leur famille et de leur communauté, qui s’opposent au service militaire.

Le bataillon a été créé pour que les soldats ultra-orthodoxes et autres religieux puissent servir sans avoir l’impression de compromettre leurs croyances. Les soldats n’ont pas la même interaction avec les femmes que les autres militaires et disposent de plus de temps pour prier et étudier la religion.

« La plupart des soldats ont indiqué qu’ils voulaient servir et être des troupes de combat, mais ils disent qu’ils ne sont pas autorisés à le faire, qu’ils sont rabaissés, méprisés et qu’il y a un environnement constant de peur », indique le reportage.

Les soldats du bataillon religieux Netzah Yehuda de la brigade d’infanterie Kfir, qui opère en Cisjordanie, ont été au centre de plusieurs controverses liées à l’extrémisme de droite et à la violence contre les Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...