Deux cousins tués par balle dans une ville arabe du nord d’Israël
Rechercher

Deux cousins tués par balle dans une ville arabe du nord d’Israël

Une enquête a été ouverte sur un double meurtre présumé à Deir al-Asad, au cours duquel deux enfants ont aussi été blessés ; un homme a été tué dans un autre incident

Les agents de police sur le site d'une fusillade meurtrière dans la ville de Deir Al-Asad, dans le nord du pays, le 9 avril 2021. (Crédit : Police israélienne)
Les agents de police sur le site d'une fusillade meurtrière dans la ville de Deir Al-Asad, dans le nord du pays, le 9 avril 2021. (Crédit : Police israélienne)

La police a ouvert, vendredi, une enquête sur un double meurtre après la mort de deux hommes dans une ville arabe du nord du pays, qui ont succombé à leurs blessures après avoir été la cible d’une fusillade.

Ces deux résidents de Deir al-Asad, qui étaient âgés de 23 et de 26 ans, avaient été évacués à l’hôpital Galilée de Nahariya après avoir été grièvement blessés par des hommes armés.

Leur mort a été prononcée après leur arrivée à l’hôpital.

Selon la chaîne Kan, les jeunes étaient deux cousins et ils s’appelaient Ali et Hafez Nasallah.

Deux enfants de Deir al-Asad ont aussi été blessés lors de cette fusillade. L’un d’entre eux, âgé de 13 ans, est dans un état modéré, et l’hôpital a fait savoir qu’il serait opéré dans les heures à venir. L’autre, âgé de dix ans, n’est que légèrement touché.

La police a indiqué que ses forces avaient été déployées dans le secteur et que la fusillade semblait résulter de querelles familiales.

Plus tôt, c’est un résident d’Ibtin, un village bédouin du nord du pays, qui a été blessé par balle alors qu’il se trouvait dans son jardin. Il est âgé de 21 ans.

La police a ouvert une enquête et elle a précisé que les agents avaient été envoyés à Ibtin « pour maintenir l’ordre public et assurer la sécurité des habitants ».

Aucune arrestation n’aurait eu lieu dans ces deux incidents.

La police sur les lieux d’une fusillade à Ubtin, une ville bédouine du nord du pays, le 9 avril 2021. (Crédit : Police israélienne)

Les villes et villages arabes ont connu une recrudescence des violences ces dernières années. Cette recrudescence serait imputable à la forte présence du crime organisé.

Les Arabes israéliens blâment la police qui, selon eux, ne réprime guère les puissantes organisations criminelles.

En 2020, 96 Arabes israéliens ont été tués – ce qui est le bilan le plus élevé, et de loin, de ces dernières années.

Plus de 90 % des fusillades au sein de l’État juif, l’année dernière, ont eu lieu dans les communautés arabes, a fait savoir la police. Les Arabes israéliens représentent environ un cinquième de la population du pays.

Selon le site d’information Ynet, 28 Arabes sont décédés de mort violente depuis le début de l’année 2021 sur le territoire israélien.

A LIRE : Plongée dans les communautés arabes israéliennes minées par la criminalité

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...