Deux Israéliens arrêtés pour avoir vendu des armes à l’Iran
Rechercher

Deux Israéliens arrêtés pour avoir vendu des armes à l’Iran

Avihai Weinstein et Eli Cohen ont fait l'objet de nombreuses enquêtes pour avoir violé les sanctions internationales qui pèsent sur l'Iran

Ilan Ben Zion est journaliste au Times of Israel. Il est titulaire d'une maîtrise en diplomatie de l'Université de Tel Aviv et d'une licence de l'Université de Toronto en études du Proche-Orient et en études juives

Un drône israélien "Ethan" (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
Un drône israélien "Ethan" (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Deux revendeurs d’armes ont été arrêtés, soupçonnés de vendre des pièces d’avions militaires à l’Iran, selon Channel 2.

Avihai Weinstein et Eli Cohen faisaient l’objet d’une enquête de la police israélienne et du département des enquêtes sur la sécurité du ministère de la Défense.

Plus tôt dans la semaine, des responsables grecs, travaillant en partenariat avec l’agence du Département de la Sécurité intérieure des États-Unis, ont intercepté deux cargaisons de pièces détachées de jets F-4 Phantom en décembre 2012 et à nouveau en avril 2013, selon le quotidien grec Kathimerini.

Weinstein et Cohen ont fait l’objet de nombreuses enquêtes par le passé pour tentatives de vente et d’envoi de matériel militaire à la République islamique, en violation des sanctions internationales.

Les deux hommes avaient déjà essayé d’envoyer des armes en Iran par des États intermédiaires tels que les États-Unis, l’Allemagne, la Thaïlande et le Portugal, selon Channel 2.

Selon la chaîne de télévision, Cohen a fait l’objet de 6 enquêtes pour le même chef d’accusation au cours des 12 dernières années.

Selon un article de Haaretz publié en 2004, Cohen et Weinstein étaient soupçonnés d’avoir essayé de vendre des missiles Hawk et des systèmes de radar en utilisant des jets Phantom.

Deux ans auparavant, ils avaient tenté d’envoyer des pièces israéliennes d’avions mais n’avaient jamais été inculpés.

Leur entreprise, RSP Rebuilt Spare Parts, n’était pas en mesure de commenter à temps pour la publication.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...