Rechercher

Deux Palestiniens inculpés pour l’attentat terroriste d’Elad

Asad Yousef Asad al-Rifai et Subhi Emad Sbeihat sont accusés de meurtre et tentative de meurtre à motivations nationalistes après l'attaque à la hache du 5 mai dernier

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Deux Palestiniens accusés d’avoir perpétré un attentat terroriste mortel à Elad arrivent pour une audience à Lod, le 9 juin 2022. (Crédit : Flash90)
Deux Palestiniens accusés d’avoir perpétré un attentat terroriste mortel à Elad arrivent pour une audience à Lod, le 9 juin 2022. (Crédit : Flash90)

Les procureurs ont déposé, jeudi, l’acte d’accusation à l’encontre de deux Palestiniens pour un attentat terroriste perpétré dans la ville d’Elad, dans le centre d’Israel, le mois dernier.

Asad Yousef Asad al-Rifai, 19 ans, et Subhi Emad Sbeihat, 20 ans, sont accusés d’avoir poignardé à mort trois personnes et grièvement blessé plusieurs autres, le 5 mai dernier.

Al-Rifai a avoué aux forces de l’ordre avoir commis l’attaque à la hache avec Sbeihat, et tué Oren Ben Yiftah, un chauffeur de 35 ans originaire de Lod, ainsi que Yonatan Havakuk et Boaz Gol, tous deux âgés de 40 ans, habitants d’Elad. Ils ont attaqué des personnes dans la rue et dans un parc, le jour de Yom HaAtsmaout, alors que se tenaient des célébrations en plein air.

Les procureurs de l’État ont déposé l’acte d’accusation devant le tribunal central, pour trois chefs d’inculpation de meurtre avec circonstances aggravantes de terrorisme, cinq chefs d’inculpation de tentative de meurtre terroriste et entrée illégale en Israël, entre autres.

Des photos donnent à voir Al-Rifai, tout sourire, à son arrivée dans la salle d’audience de Lod.

L’acte d’accusation précise que les deux hommes sont entrés illégalement en Israël, en décembre 2021, pour effectuer des travaux électriques dans une synagogue d’Elad. Dès le mois d’août 2021, Sbeihat aurait pris la décision de mener un attentat terroriste et mourir en « martyr », suite à la mort de l’un de ses amis, à l’occasion d’affrontements avec Tsahal, indique l’acte d’accusation. Son partenaire aurait, dans un premier temps, refusé de se joindre à lui.

Les deux hommes auraient finalement décidé de mener l’attaque en avril 2022, persuadés que « l’État d’Israël attaquait les musulmans à la mosquée Al-Aqsa », lit-on dans l’acte d’accusation.

Subhi Emad Subhi Abu Shqeir, à gauche, et Asad Yousef Asad al-Rifa’i, originaires d’une ville de Cisjordanie près de Jénine, sont les auteurs présumés de l’attaque terroriste d’Elad le 5 mai 2022. (Crédit: : Police israélienne)

Selon cette même source , les accusés auraient réuni 11 000 shekels pour acheter des armes, mais ne seraient pas parvenus à se les procurer. Ils se seraient ensuite armés de haches et de couteaux, et seraient illégalement en Israël le 5 mai, jour de l’attentat.

« À leur arrivée à Elad, les accusés ont assassiné le chauffeur qui les transportait, en le poignardant à plusieurs reprises au visage et au cou », détaille l’acte d’accusation. Sbeihat aurait demandé au chauffeur, Ben Yiftah, le prix de la course et aurait sorti de l’argent pour le distraire. C’est alors qu’Al-Rifai aurait sorti un couteau de son sac, attrapé la tête de Ben Yiftah pour l’empêcher de bouger et l’aurait « poignardé à 21 reprises au cou, à la poitrine et au buste », précise l’acte d’accusation. Ils auraient jeté son corps hors du véhicule et tenté de prendre le volant. Incapables de faire démarrer le véhicule, ils auraient poursuivi leur entreprise meurtrière à pied.

Ils disent avoir croisé leur victime, Gol, dans les escaliers près du parc. Ils lui ont asséné des coups de hache au cou, le précipitant au sol. Ils auraient réitéré les coups à cinq reprises alors qu’il était au sol, le tuant. Ils auraient repéré leur deuxième victime, Havakuk, qui se trouvait alors avec son fils, âgé de 6 ans. Ils l’ont également frappé au cou avec une hache, le précipitant au sol, où ils ont continué à le frapper à la tête, au visage et au cou, sous les yeux de son enfant.

Les victimes de l’attentat terroriste d’Elad le 5 mai 2022, de gauche à droite ; Boaz Gol, Yonatan Havakuk et Oren Ben Yiftah (Crédit: autorisation )

Ils auraient attaqué un autre homme, suivant le même procédé, sous les yeux de ses quatre enfants. L’homme a survécu. Une autre victime, septuagénaire, aurait été blessée par les deux hommes, et une autre leur aurait jeté un plat brûlant au visage pour se défendre. Ils auraient infligé de graves blessures à cinq personnes et plusieurs de leurs victimes se seraient battues avec eux, précise l’acte d’accusation.

Le duo a été appréhendé dans une zone boisée, à un kilomètre environ du lieu de l’attentat, à l’issue d’une chasse à l’homme qui aura duré un peu moins de 72 heures.

Les procureurs ont demandé le maintien en détention des accusés jusqu’à la fin du procès. Le tribunal l’a autorisé jusqu’à la prochaine audience, fixée le 4 juillet prochain.

Le service de sécurité intérieure du Shin Bet et la police israélienne ont pris part à l’enquête.

L’armée israélienne a cartographié le domicile des deux hommes, situé dans le village cisjordanien de Rummanah, en vue de leur démolition. Le village se trouve près de Jénine, foyer de violences et d’activités terroristes ces derniers mois.

Une semaine après l’attentat, l’armée israélienne a interpelé deux autres Palestiniens soupçonnés d’être venus en aide aux terroristes.

Cet attentat s’est produit après une série d’attaques terroristes particulièrement meurtrières perpétrées en Israël et en Cisjordanie, qui ont tué 19 personnes.

L’armée israélienne a redoublé d’activité en Cisjordanie pour couper court aux violences. Les opérations qui ont suivi ont déclenché des affrontements qui ont fait des dizaines de morts parmi les Palestiniens. La plupart étaient des hommes armés impliqués dans tirs avec les soldats israéliens ou qui avaient pris part à de violents affrontements. Il semble toutefois que des passants non impliqués aient également perdu la vie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...