Rechercher

Deux soldats syriens blessés après un raid attribué à Israël

Citant une source militaire, l'agence Sana fait état d'une "agression" de "l'ennemi israélien" visant des cibles "dans le littoral et le centre" de la Syrie

Photo d'illustration d'un avion de chasse F-15 israélien.(Crédit : Tsahi Ben-Ami/Flash90)
Photo d'illustration d'un avion de chasse F-15 israélien.(Crédit : Tsahi Ben-Ami/Flash90)

Deux soldats syriens ont été blessés lundi soir dans de nouvelles frappes attribuées à Israël contre des objectifs dans le centre et l’ouest du pays, a rapporté l’agence officielle syrienne Sana.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes en territoire syrien, ciblant notamment des positions des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, grands alliés du régime de Damas.

Citant une source militaire, l’agence Sana fait état d’une « agression » de « l’ennemi israélien » visant des cibles « dans le littoral et le centre » de la Syrie, évoquant « des dégâts matériels » et « deux soldats blessés ».

« Nos défenses aériennes ont intercepté l’agression et abattu la plupart » des missiles, a affirmé la source, précisant que l’attaque israélienne a été menée depuis l’espace aérien du Liban voisin.

Les frappes ont visé « les environs de l’aéroport militaire d’Al-Chaayrate, dans la province de Homs (centre), qui comptent plusieurs positions militaires des forces du régime dans lesquelles se trouvent des groupes pro-iraniens », a affirmé à l’AFP le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

La défense antiaérienne syrienne a abattu plus de quatre missiles israéliens, selon l’Observatoire basé au Royaume-Uni et qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie, mais dont les financements restent flous.

Le 3 novembre, une frappe israélienne a visé une zone des environs de Damas abritant des dépôts d’armes et de munitions de milices alliées à l’Iran ainsi que des positions de l’armée syrienne.

Le 30 octobre, cinq combattants pro-iraniens ont été tués dans des tirs de missiles israéliens sur les environs de la capitale syrienne, selon l’OSDH. Et le 14 octobre, une autre frappe aérienne israélienne sur des positions iraniennes dans le centre de la Syrie a fait neuf morts parmi des combattants alliés au régime de Bachar al-Assad.

Israël confirme très rarement ses attaques en Syrie voisine, mais affirme régulièrement que l’Etat hébreu ne permettra pas à ce pays de devenir la tête de pont des forces de la République islamique d’Iran, son ennemi juré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...