Deux tiers des Israéliens revenant de l’étranger enfreindraient la quarantaine
Rechercher

Deux tiers des Israéliens revenant de l’étranger enfreindraient la quarantaine

Les responsables de la santé envisageraient d'obliger tous les voyageurs à se faire tester avant leur arrivée en Israël, car 1 à 2 % des arrivants seraient infectés

Voyageurs à l'aéroport international de Ben Gurion, lors d'un confinement national, le 12 octobre 2020. (Olivier Fitoussi/FLASH90)
Voyageurs à l'aéroport international de Ben Gurion, lors d'un confinement national, le 12 octobre 2020. (Olivier Fitoussi/FLASH90)

Les responsables de la santé ont appris samedi que deux tiers des Israéliens revenant de voyages à l’étranger, dans des pays où le taux d’infection par le coronavirus est élevé, enfreindraient leur quarantaine.

La réunion entre le ministre de la Santé Yuli Edelstein, Nachman Ash en charge de la lutte contre le coronavirus, des fonctionnaires du ministère et des scientifiques a également permis d’apprendre que 1 à 2 % des personnes revenant de l’étranger – tous lieux confondus – se sont par la suite révélées porteuses du coronavirus, a rapporté la Douzième chaîne.

Les Israéliens revenant de Grèce, de Turquie et de Bulgarie étaient les plus susceptibles d’être testés positifs, selon la chaîne.

Le dépistage n’est pas obligatoire pour les voyageurs se rendant en Israël, quel que soit l’endroit d’où ils arrivent, mais les arrivants en provenance de pays à fort taux d’infection peuvent désormais utiliser le dépistage pour faire réduire légèrement leur période de quarantaine.

Un laborantin effectue un test de dépistage Covid à l’aéroport Ben Gurion, le 9 novembre 2020. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Le reportage indique qu’il ressort clairement des discussions qu’il est nécessaire d’effectuer des tests sur tous ceux revenant de l’étranger, quel que soit l’endroit d’où ils arrivent.

Selon la réglementation actuelle, ceux qui entrent en Israël en provenance d’un pays considéré comme « rouge » doivent seulement remplir une attestation de santé.

Les voyageurs revenant en Israël depuis l’un de ces pays sont tenus d’entrer en quarantaine pendant 14 jours, une période qui peut être réduite à 12 jours si l’individu présente deux tests de dépistage négatifs, l’un au début et l’autre vers la fin de la période d’auto-isolement.

D’après la Douzième chaîne, les fonctionnaires ont également discuté de la possibilité de contraindre tous ceux revenant de l’étranger à s’isoler, d’où qu’ils viennent, ou d’utiliser des moyens numériques pour les suivre afin de s’assurer qu’ils restent bien en quarantaine, une mesure qui nécessiterait des autorisations ministérielles et juridiques.

Une autre option qui aurait été envisagée consisterait à faire passer un test aux passagers avant qu’ils ne montent à bord d’un avion à destination de l’aéroport Ben Gurion, à les placer immédiatement en quarantaine à leur arrivée et à leur faire subir un deuxième test quatre jours plus tard. S’il est négatif, le voyageur serait alors libéré de la quarantaine prévue par le plan. Le Royaume-Uni mettra en œuvre un plan similaire à partir de la mi-décembre.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein s’exprime lors d’une conférence de presse sur le coronavirus, à Airport City le 17 septembre 2020. (Flash90)

Edelstein aurait déclaré à la réunion que des mesures plus strictes devraient être prises pour empêcher le virus de se propager davantage en Israël à la suite des voyages internationaux.

« Il n’y a pas d’échappatoire aux mesures draconiennes pour combattre le phénomène. Ce que nous voyons ici, c’est la pandémie importée dans le pays. Il faut l’arrêter immédiatement », aurait déclaré le ministre.

La réunion s’est déroulée parallèlement à l’annonce d’une épidémie de virus dans un établissement hôtelier de la mer Morte, le coronavirus ayant été détecté chez dix employés d’un hôtel Isrotel.

Les hôtels d’Eilat et de la mer Morte ont été autorisés à rouvrir au début de ce mois après l’adoption d’une loi les désignant comme des « îlots touristiques spéciaux », les touristes étant tenus de présenter un résultat négatif au coronavirus au plus tard 72 heures avant leur entrée dans ces zones.

Le rivage de la mer Morte et ses hôtels, le 18 octobre 2020. (Menachem Lederman/Flash90)

Le ministère de la Santé a déclaré dimanche matin que 572 nouveaux cas de coronavirus avaient été confirmés la veille. Le nombre de nouveaux cas quotidiens est généralement plus faible le dimanche, car le nombre de tests baisse au cours du week-end.

Cependant, sur les 17 163 tests effectués samedi, 3,3 % sont revenus positifs. Pas plus tard que mercredi, le taux de positivité s’élevait à 1,8 %. Récemment, le nombre a eu tendance à augmenter pendant le week-end, puis à diminuer.

Des membres de l’équipe hospitalière transfèrent des patients dans le nouveau service coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 16 novembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

La réduction du nombre de cas est intervenue après trois jours consécutifs de nouveaux cas journaliers supérieurs à 1 000, après être restés en dessous de ce seuil pendant plus d’un mois.

Le nombre d’infections depuis le début de la pandémie s’est élevé à 335 132, dont 9 951 cas actifs.

Le nombre de décès s’élève à 2 854.

Selon le ministère, 273 personnes se trouvent dans un état grave, dont 100 sous assistance respiratoire, 90 autres personnes étaient dans un état modéré et les autres présentaient des symptômes légers ou aucun.

Les hauts responsables de la santé ont mis en garde contre la hausse de la mortalité, alors même que le gouvernement continue de réduire les restrictions de confinement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...