Division des militants sur l’arrêt des manifestations pendant le confinement
Rechercher

Division des militants sur l’arrêt des manifestations pendant le confinement

Bien qu'il condamne le confinement, le mouvement "Drapeaux noirs" suspendra ses rassemblements par "solidarité sociale" ; deux autres groupes majeurs poursuivront

Protestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, devant sa résidence officielle à Jérusalem, le 29 août 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Protestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, devant sa résidence officielle à Jérusalem, le 29 août 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’un des principaux groupes de protestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré lundi qu’il annulerait les manifestations devant la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem pendant le prochain confinement national, tandis que deux autres ont promis de poursuivre leurs actions.

Le confinement, décidé en raison de la forte hausse des contaminations, entrera en vigueur vendredi après-midi et devrait durer au moins trois semaines. Israël est le premier pays à procéder à un deuxième confinement total en raison de la pandémie.

Aucune limitation n’a été annoncée en ce qui concerne les manifestations pendant la période de confinement. Mais étant donné que les mouvements inter et intra-urbains seront fortement restreints pendant la période de confinement, les militants pourraient avoir plus de mal à se rendre à la résidence officielle du Premier ministre rue Balfour à Jérusalem.

Les partisans de Netanyahu ont cherché à dépeindre les grandes manifestations qui ont eu lieu dans tout le pays ces derniers mois – l’appelant à démissionner à cause de son procès pour corruption – comme un vecteur de maladie important, bien que les autorités sanitaires aient déclaré qu’aucun cas lié aux rassemblements n’a été constaté à ce jour.

Le mouvement de protestation est composé de nombreux groupes d’activistes, les trois plus importants étant Ein Matzav (En aucune façon), Ministère du Crime, et les Drapeaux noirs.

Des Israéliens protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 12 septembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le groupe Drapeaux noirs a déclaré lundi qu’il suspendrait les manifestations par « solidarité et responsabilité sociales ».

Dans son annonce, il a rejeté la responsabilité du confinement sur le Premier ministre, en déclarant que la nécessité de procéder à un nouveau bouclage du pays était « le résultat des échecs de Netanyahu ».

Mais le groupe a déclaré que les manifestations sur les ponts autoroutiers dans tout le pays, un autre élément essentiel du mouvement de protestation, se poursuivront de manière sécurisée. Les militants ont ajouté qu’ils resteraient « vigilants à toute atteinte à la démocratie et agiraient comme [ils] le [jugent] bon ».

Le groupe a déclaré se préparer à « un énorme rassemblement lorsque [le pays] rouvrira, avec une demande sans équivoque de démission de la personne responsable de la débâcle du coronavirus et de la destruction du pays ».

Les groupes Ministère du Crime et Ein Matzav ont déclaré qu’ils continueraient à protester dans la rue Balfour, tout en respectant les restrictions.

« Le bouclage qui nous est imposé est la poursuite d’un énorme fiasco dans le traitement du coronavirus et de ses conséquences », a déclaré Ein Matzav. « La conduite du gouvernement et son chef indiquent que le confinement vise, entre autres, à museler la dissidence, à tuer la protestation, à faire porter le chapeau à la population plutôt qu’au Premier ministre. »

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant sa résidence officielle à Jérusalem, le 15 août 2020. (Olivier Fitoussi / Flash90)

Les manifestations hebdomadaires ont attiré des milliers et parfois des dizaines de milliers de personnes rue Balfour et sur la place de Paris toute proche.

Lors du dernier rassemblement de samedi, les manifestants anti-corruption ont été rejoints par des entrepreneurs indépendants, notamment des restaurateurs et des propriétaires de salles de sport et de réception, écœurés par la perspective d’un nouveau confinement et par le préjudice économique irréversible qu’il pourrait entraîner.

Alors que le point central de la manifestation restait l’opposition à Netanyahu et la corruption présumée du gouvernement, de nombreux manifestants ont scandé des slogans contre le confinement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...