Rechercher

Djerba : Des affrontements entre la police et la communauté juive locale – média

Les faits ont démarré suite à la saisie d’or dans le magasin d'un marchand juif local par 40 policiers ; une centaine de personnes sont alors intervenues pour empêcher la saisie

Un pèlerin juif prie à la synagogue de la Ghriba sur l'île de Djerba, dans le sud de la Tunisie, le 18 mai 2022, lors du pèlerinage juif annuel à la synagogue. (Crédit : FETHI BELAID / AFP)
Un pèlerin juif prie à la synagogue de la Ghriba sur l'île de Djerba, dans le sud de la Tunisie, le 18 mai 2022, lors du pèlerinage juif annuel à la synagogue. (Crédit : FETHI BELAID / AFP)

Début octobre, de violents affrontements ont éclaté entre les forces de sécurité tunisiennes et des Juifs de la communauté de Djerba, a rapporté la chaine israélienne Kan sur son site Internet.

Les faits ont démarré suite à la saisie d’or dans le magasin d’un marchand juif local par 40 policiers.

Non seulement ceux-ci voulaient saisir toute la quantité du précieux métal, mais aussi tout le contenu de la boutique.

Des centaines de Juifs sont ainsi intervenus pour empêcher cette saisie jugée abusive, et des émeutes ont éclaté, à coup de gaz lacrymogène.

La police s’est finalement retirée, a indiqué Kan.

Eitan, un habitant de Djerba qui était présent lors de l’affrontement, a déclaré à Kan qu’ « il y avait eu un différend concernant l’or acheté à un marchand arabe », et le marchand juif aurait été accusé d’être en possession de fausse marchandise par la police.

« Mais nous ne sommes pas dupes, il ne s’agit pas de faux or, mais de biens volés », a-t-il indiqué.

« Nous étions des centaines là-bas. Il y a un haut gradé de la police qui a dit : ‘Aucun Juif n’ira dormir dans le quartier juif’ », a déclaré l’habitant, Eitan. « La police s’est repliée. Les ambassadeurs sont intervenus et les hauts responsables des forces de l’ordre ont également compris la gravité des événements », a-t-il indiqué.

Selon lui, la police locale harcèle les Juifs, et un policier en particulier « qui causait toujours des problèmes il y a deux ans, qui a déménagé dans un autre endroit et qui est maintenant de retour ».

Néanmoins, « pour l’essentiel, la vie à Djerba est calme pour les Juifs », a dit Eitan. « C’est comme un petit Israël ici », a-t-il expliqué. « Il y a une communauté juive florissante. Même la jeune génération ici a tout ce qu’il faut. »

« Presque tout le monde ici observe le Shabbat. En Israël, ils n’observent ni le Shabbat ni la casheroute – c’est l’État des Juifs sans le judaïsme. Ce qui unit les Juifs de Djerba, c’est qu’il n’y a pas d’étiquettes entre eux, ni ultra-orthodoxes ni religieux. Chez nous, tout le monde est Juif au même titre. »

Avant l’indépendance de 1958, la communauté juive de Tunisie était l’une des plus importantes du Maghreb, avec environ 100 000 membres, principalement sur l’île touristique de Djerba. Mais, au fil des ans et faute d’une égalité réelle et ressentie entre Juifs et musulmans, elle s’est drastiquement réduite, à environ 1 500 membres, au rythme des départs vers la France ou Israël. Elle reste la deuxième plus grande communauté juive au Maghreb : seul le Maroc fait mieux, avec 2 000 membres recensés, tandis que l’Algérie, la Libye ou l’Egypte sont vidés de leurs Juifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...