Düsseldorf restitue un tableau aux héritiers d’un survivant de la Shoah
Rechercher

Düsseldorf restitue un tableau aux héritiers d’un survivant de la Shoah

La Commission sur la restitution des œuvres d'art volées de l'époque nazie évitait de statuer lorsque les biens culturels avaient changé de mains en dehors de l'Allemagne

"Le Renard", par Franz Marc (Crédit ! Wikipedia Commons)
"Le Renard", par Franz Marc (Crédit ! Wikipedia Commons)

BERLIN (JTA) – La ville de Düsseldorf a accepté de restituer cette semaine un tableau expressionniste dont la valeur est estimée à 18 millions de dollars aux héritiers de son propriétaire juif, une décision qui pourrait créer un précédent pour les demandes de restitution en Allemagne.

Kurt Grawi, homme d’affaires et collectionneur d’art juif, a fui l’Allemagne nazie pour le Chili en 1939 après des années de persécution et plusieurs semaines d’internement dans le camp de concentration de Sachsenhausen.

Selon les avocats de la famille, lorsque Grawi a fui, il n’a été autorisé à emporter qu’une valise et une poignée de Reichsmarks. Mais son tableau « Le Renard » du pionnier de l’expressionnisme allemand Franz Marc – que les nazis considéraient comme de « l’art dégénéré » – est sorti clandestinement du pays, probablement grâce à l’aide d’amis.

Grawi a écrit en 1939 qu’il prévoyait de le vendre pour financer son émigration. Il l’a fait à New York en 1940, quatre ans avant de mourir. En 1962, l’œuvre traverse à nouveau l’océan, lorsque son nouveau propriétaire en fait don au musée d’art Kunstpalast de Düsseldorf.

Le musée de Kunsthalle de Karlsruhe, en Allemagne. (Capture d’écran YouTube)

La Commission consultative allemande pour la restitution des biens culturels volés à l’époque nazie n’a généralement pas traité les cas où une œuvre d’art a changé de mains en dehors de l’Allemagne. Mais à une majorité des deux tiers, la commission a recommandé que le tableau soit rendu aux héritiers, estimant que le fait que la vente ait eu lieu en dehors du Troisième Reich n’avait pas d’importance, car Grawi n’aurait pas vendu son bien précieux s’il n’avait pas été persécuté par les nazis.

Jeudi, le conseil municipal de Düsseldorf a décidé, lors d’une séance à huis clos, de rendre le tableau aux héritiers, sans objection et avec une abstention : le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne, ou AfD.

Cette décision pourrait créer un précédent en vertu duquel les objets culturels vendus à l’étranger pourraient faire l’objet d’une restitution au titre des principes de Washington, un accord conclu en 1998 avec l’Allemagne qui fixe des normes permettant de déterminer si un bien a été pillé ou vendu sous la contrainte.

L’objet n’a pas besoin d’être spectaculaire, a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency Markus Stoetzel, un avocat des héritiers basé en Allemagne.

« Il ne s’agit pas toujours d’un tableau de Franz Marc », a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique. « Cela peut être un livre ou un meuble qui a un lien avec le passé, avec ce qu’ils ont perdu. »

« On ne peut qu’espérer que cela encourage d’autres parties et pays à se manifester », a ajouté Stoetzel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...