ÉAU : Augmentation des cyber-attaques depuis la normalisation avec Israël
Rechercher

ÉAU : Augmentation des cyber-attaques depuis la normalisation avec Israël

Le responsable de la cybersécurité émirati affirme que les attaques visent le secteur financier, mais ne donne pas de détails sur leur nature ou leur source

Illustration : Un membre d'une délégation technologique israélienne utilise son téléphone pour un appel vidéo lors d'une réunion en soirée avec des homologues émiratis dans un hôtel de Dubaï, le 25 octobre 2020. (Karim SAHIB / AFP)
Illustration : Un membre d'une délégation technologique israélienne utilise son téléphone pour un appel vidéo lors d'une réunion en soirée avec des homologues émiratis dans un hôtel de Dubaï, le 25 octobre 2020. (Karim SAHIB / AFP)

Le responsable de la cybersécurité aux Emirats arabes unis a déclaré dimanche que l’Etat du Golfe a subi plusieurs cyber-attaques sur son secteur financier depuis qu’il a accepté de normaliser ses liens avec Israël.

« Notre relation, par exemple, avec la normalisation avec Israël a vraiment ouvert toute une série d’attaques de la part de certains autres militants contre les EAU », a déclaré Mohamed Hamad al-Kuwaiti lors d’une conférence à Dubaï, selon Reuters.

Il n’a pas donné de détails sur la nature ou la source des attaques.

M. Al-Kuwaiti a également déclaré qu’il y a eu une augmentation marquée des cyber-attaques sur les Émirats arabes unis depuis le déclenchement de la pandémie de COVID-19. Il a ajouté que la plupart des cyber-attaques au Moyen-Orient émanent de l’Iran, mais n’ont pas explicitement accusé le régime iranien.

Les ÉAU ont accepté en août de normaliser les relations avec Israël dans le cadre d’un accord négocié par les États-Unis, suivi quelques semaines plus tard par le Bahreïn. Le Soudan a également accepté par la suite de normaliser ses relations avec Israël.

L’Iran s’en est pris aux ÉAU et à Bahreïn à propos de ces accords. Les deux pays partagent l’antipathie d’Israël envers la République islamique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...