Edelstein: Les écoles ouvertes pendant le confinement, une décision « lamentable »
Rechercher

Edelstein: Les écoles ouvertes pendant le confinement, une décision « lamentable »

La commission de la Knesset a renversé la décision prise par le cabinet de reprendre l'enseignement à distance sauf pour les élèves du CP au CM1 et de Première et Terminale

Des lycéens israéliens arrivent dans un lycée d'Ashdod, dans le sud d'Israël, le 29 novembre 2020. (Crédit : Flash90)
Des lycéens israéliens arrivent dans un lycée d'Ashdod, dans le sud d'Israël, le 29 novembre 2020. (Crédit : Flash90)

Le ministère de la Santé Yuli Edelstein a condamné, dimanche, les députés de la Knesset qui ont voté en faveur de l’ouverture de tous les établissements scolaires au cours du troisième confinement mis en place dans le pays, expliquant que cette décision n’aurait comme unique conséquence que de prolonger le confinement national.

Selon les mesures qui avaient été proposées par le gouvernement, les écoles maternelles, les classes de CP au CM1 et celles de Première et Terminale devaient se rendre en cours sans aucun changement, les classes du CM2 à la Seconde reprenant, pour leur part, l’enseignement à distance. Des dispositions qui ont été rejetées dimanche par la commission de l’Education, qui a ainsi renvoyé tous les élèves dans les salles de classe.

Edelstein a déclaré que « la décision lamentable d’autoriser la reprise des cours pour toutes les classes est une décision qui entraînera très certainement une prolongation du confinement ».

Le confinement est entré en vigueur dimanche à 17 heures. Même s’il ne devrait durer a priori que deux semaines – il pourra toutefois être prolongé si nécessaire – les responsables de la Santé ont d’ores et déjà averti qu’il s’étendra probablement sur un mois. Le nombre de nouveaux cas quotidiens de coronavirus, au sein de l’Etat juif, a fortement augmenté ces dernières semaines, dépassant les 3 000 par jour au cours de la plus grande partie de la semaine dernière.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein se fait vacciner contre le coronavirus au centre médical Sheba de Ramat Gan, le 19 décembre 2020. (Crédit : Amir Cohen/Pool/AFP)

Les écoles avaient été totalement fermées au cours des deux confinements précédents, au mois d’avril et au mois de septembre, ce qui avait permis de faire baisser le chiffre des infections mais le taux de morbidité est regrimpé en flèche avec la levée graduelle des restrictions imposées aux Israéliens.

Le système scolaire est considéré comme l’un des principaux facteurs de la recrudescence des infections.

Le parti du Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu a accusé, dimanche soir, les députés de Kakhol lavan « d’avoir mis les vies de citoyens israéliens en péril » et d’avoir cherché à « perturber le confinement pour des raisons politiques, pour que ce dernier soit prolongé pendant les élections » en soutenant l’ouverture des écoles.

Les Israéliens se rendront aux urnes le 23 mars pour la quatrième fois en l’espace de deux ans.

Le maintien de l’accueil des élèves dans les écoles « entraînera plus de morts et prolongera la période de fermeture des commerces et autres entreprises », a fait savoir un communiqué du parti. « Kakhol lavan doit cesser ses jeux politiques et rejoindre le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans son initiative visant à mettre en place un confinement rapide et bien respecté qui, associé à une campagne énorme de vaccination, fera d’Israël l’un des premiers pays du monde à émerger de la crise du coronavirus et à rouvrir son économie ».

Kakhol lavan a immédiatement riposté, disant que « dans tous les pays du monde, le fonctionnement du système scolaire est assuré pendant les confinements ».

« Netanyahu, qui a évité de s’en prendre aux foyers les plus importants et d’élever le montant des amendes pour des raisons politiques, continue à utiliser le coronavirus pour ses propres besoins. Nous n’accepterons pas de nous laisser faire la morale par ceux qui ont amené des centaines de milliers de familles à connaître la pauvreté et qui se sont refusés à transférer un budget, simplement pour pouvoir échapper à la loi et pour nuire au système judiciaire », a accusé le parti, se référant au refus opposé par Netanyahu d’adopter un budget de l’Etat, un refus qui a entraîné la dissolution du gouvernement, la semaine dernière.

Le ministère de l’Education s’était opposé à la demande soumise par le ministère de la Santé de fermer les écoles. Le sujet aurait été l’un de ceux les plus âprement débattus lorsque le cabinet s’était rencontré pour décider des mesures de confinement.

Pour sa part, une éminente responsable de la Santé a indiqué, dimanche, que la durée du confinement pourrait dépendre du nombre d’écoles ouvertes.

« Je présume que le confinement va durer entre trois et quatre semaines mais si les établissements scolaires dans leur totalité reprennent les cours, alors il durera plus longtemps », a estimé au micro de la radio militaire Sharon Alroy-Preis, à la tête de la division de la santé publique au ministère de la Santé.

Un haut-responsable du ministère de la Santé a pour sa part expliqué à la Treizième chaîne que les directives gouvernementales concernant les écoles seraient une nouvelle fois soumises d’ici 24 heures.

Élèves d’une école primaire de Tel Aviv portant des masques de protection (Autorisation Chen Leopold/Flash 90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...