Rechercher

Edward Kachura va être mis en examen pour le meurtre de Lital Yael Melnik

L'infirmier, accusé d'avoir tué une patiente avec laquelle il avait une relation, risque la prison à vie ; les enquêteurs pensent que l'adolescente a été enterrée vivante

Edward Kachura, soupçonné d'avoir tué Lital Yael Melnik, 17 ans, au tribunal de première instance de Haïfa le 29 novembre 2021. (Crédit : Flash90)
Edward Kachura, soupçonné d'avoir tué Lital Yael Melnik, 17 ans, au tribunal de première instance de Haïfa le 29 novembre 2021. (Crédit : Flash90)

Edward Kachura, 49 ans, sera accusé de meurtre pour le meurtre de Lital Yael Melnik, 17 ans, le mois dernier, ont annoncé les procureurs jeudi.

Kachura, qui était employé comme infirmier dans l’établissement psychiatrique où Melnik était hospitalisée, sera inculpé jeudi au tribunal de première instance de Haïfa de meurtre avec circonstances aggravantes, un chef d’accusation grave qui entraîne une peine obligatoire de prison à vie.

Les procureurs ont déclaré que la décision avait été prise « à la fin de l’enquête et après avoir soigneusement étudié les preuves dans cette affaire ». Le procureur devrait également demander que Kachura reste en détention pendant toute la durée de la procédure judiciaire.

Les membres de la famille de Melnik ont accueilli favorablement la nouvelle de l’inculpation.

« Aujourd’hui, deux mois après la mort de Lital Yael, la décision du procureur est un premier pas important vers la poursuite du suspect et l’obtention de la justice pour Lital », a déclaré la famille dans un communiqué. Sa « vie a été écourtée à l’âge de 17 ans par les actions cruelles de quelqu’un qui était censé la protéger ».

« Nous ne nous reposerons pas et nous continuerons notre combat jusqu’à ce que nous soyons sûrs que son meurtrier restera en prison jusqu’à la fin de sa vie », a ajouté la famille.

En début de semaine, le tribunal avait prolongé la détention provisoire de Kachura, annulant la décision d’un tribunal de première instance de l’assigner à résidence.

Des membres de la famille de Lital Melnik devant le tribunal d’instance de Haïfa après une audience le 29 novembre 2021. (Crédit : Alon Nadav/Flash90)

Selon la Douzième chaîne, Kachura est un père divorcé de deux adolescents.

Kachura aurait participé au traitement de Melnik et se serait ensuite engagé dans une relation sexuelle illicite avec elle.

Six jeunes filles hospitalisées aux côtés de Melnik ont déclaré au site d’information Walla que Kachura entretenait une « relation spéciale » avec un certain nombre de jeunes filles de l’établissement. La police pense que Kachura et Melnik ont eu des relations sexuelles même lorsque l’adolescente séjournait dans le centre de soins psychiatriques.

L’avocat de Kachura, Boris Sherman, avait déclaré en octobre à la Douzième chaîne qu’il espérait que son client serait bientôt libéré, soulignant que la jeune fille avait dépassé l’âge du consentement et rejetait toute préoccupation éthique.

« Il a été rapporté dans le passé qu’il y avait une liaison. À notre avis, elle était légale. La question morale n’est bien sûr pas pertinente ici », avait estimé Sherman.

La police pense que Kachura a assassiné Melnik le 2 octobre après avoir découvert que l’adolescente avait révélé leur relation à un ami proche.

Le corps de Melnik a été découvert après qu’un agent de sécurité a appelé la police, affirmant qu’il avait vu un homme et une jeune femme arriver ensemble sur un chantier de construction près de son lieu de travail, puis l’homme repartir seul.

En arrivant sur les lieux, la police a trouvé le corps de la jeune fille à moitié enterré dans une tombe fraîchement creusée.

Les enquêteurs soupçonnent que Melnik, dont le corps a été découvert sur un chantier de construction dans la banlieue de Haïfa, à Kiryat Motzkin, a été enterrée vivante.

Melnik étudiait dans un internat dans le sud du pays. Sa grand-mère a signalé sa disparition un jour avant sa mort, après qu’elle ne fut pas rentrée chez elle comme prévu.

La grand-mère a déclaré à la police que Melnik avait une relation avec un homme plus âgé. Selon la station de radio Kan, Melnik avait dit à d’autres personnes de l’internat qu’elle entretenait une relation amoureuse avec le suspect.

Par le passé, la grand-mère avait fait émettre une ordonnance restrictive contre le suspect pour l’éloigner de sa petite-fille, selon le quotidien Haaretz.

Lors des funérailles de l’adolescente, sa sœur, Ruth Melnik, avait déclaré : « Nous voulions te protéger de la cruauté et du mal qui existent dans ce monde… Je suis désolée que nous ayons échoué. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...