Egypte : expulsion d’une journaliste après son arrestation
Rechercher

Egypte : expulsion d’une journaliste après son arrestation

Liliane Daoud, critique du gouvernement de Sissi, a été renvoyée, arrêtée et expulsée vers le Liban

La journaliste égyptienne Liliane Daoud. (Crédit : capture d'écran YouTube)
La journaliste égyptienne Liliane Daoud. (Crédit : capture d'écran YouTube)

La journaliste libano-britannique Liliane Daoud, qui présentait une émission politique pour une chaîne privée égyptienne, a été expulsée après son arrestation, a indiqué dans la nuit de lundi à mardi un responsable des services d’immigration.

« Elle a été expulsée » et a quitté le Caire pour Beyrouth sur le vol d’EgyptAir qui a décollé à 21h30 GMT, a annoncé ce responsable de l’aéroport du Caire.

L’avocat de Daoud, Zyad el Eleimi, a affirmé sur sa page Facebook qu’elle avait appelé alors qu’elle était dans l’avion avant de quitter la capitale égyptienne.

Dans la soirée, son ex-mari Khaled al-Berri avait affirmé que « huit hommes » l’avaient emmenée à un « endroit inconnu après lui avoir pris son téléphone et son passeport britannique ».

Les personnes qui l’ont arrêtée ont indiqué qu’ils allaient vérifier si la journaliste avait ses documents de résidente en règle, faute de quoi elle serait expulsée, avait-il expliqué.

Berri a indiqué que son arrestation était intervenue peu de temps après que son contrat avec la chaîne OTV se fut terminé.

Depuis plusieurs mois, Daoud, ancienne journaliste de la BBC à Londres, était sous le coup d’une campagne de critiques sur les réseaux sociaux, où elle était accusée d’être proche de l’opposition.

L’Union européenne avait qualifié début juin de « développement inquiétant » pour la liberté d’expression les poursuites contre le président du syndicat des journalistes et deux collaborateurs, accusés d’avoir abrité deux reporters recherchés par la police.

Le journaliste français Rémy Pigaglio, correspondant en Egypte pour le quotidien français La Croix et la radio RTL, avait été expulsé du pays en mai.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi est régulièrement accusé par les défenseurs des droits de l’Homme d’avoir instauré un régime ultra-autoritaire qui réprime violemment toute opposition depuis qu’il a destitué en 2013 son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...