Eizenkot refuse l’usage de la force létale contre les lanceurs de cerfs-volants?
Rechercher

Eizenkot refuse l’usage de la force létale contre les lanceurs de cerfs-volants?

Le chef d'Etat major aurait déclaré à Naftali Bennett que bombarder des Gazaouis se préparant à lancer des engins incendiaires au-delà de la frontière va à l'encontre de sa morale

Un manifestant palestinien se prépare à  attacher un dispositif incendiaire à un cerf-volant avant de le lancer vers Israël à la frontière entre Israël et Gaza, le 13 juillet 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)
Un manifestant palestinien se prépare à attacher un dispositif incendiaire à un cerf-volant avant de le lancer vers Israël à la frontière entre Israël et Gaza, le 13 juillet 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)

Le ministre de l’Education Naftali Bennett et le chef d’Etat-major de l’armée Gadi Eizenkot se seraient affrontés dimanche concernant le ciblage des Palestiniens de la bande de Gaza responsables de l’envoi des ballons et des cerfs-volants incendiaires vers Israël, le commandant de l’armée estimant qu’il serait immoral d’utiliser des tirs meurtriers à leur encontre.

Cet échange est survenu au cours d’une discussion amorcée pendant la réunion hebdomadaire de cabinet sur les moyens à mettre en oeuvre pour gérer le problème des cerfs-volants et des ballons transportant des combustibles que lancent quotidiennement les Gazaouis de l’autre côté de la frontière, allumant d’importants incendies dans les champs et les forêts de l’Etat juif.

Le gouvernement et les militaires se trouvent sous une pression intense dans le pays en faveur du renforcement de la riposte à apporter à la question des ballons et des cerfs-volants. Les représailles ont jusqu’à présent consisté en des coups de semonce contre les cellules responsables de l’envoi des dispositifs. Certains habitants du sud du pays ont adopté le slogan « traitez les cerfs-volants comme vous traiteriez des roquettes ».

Bennett a rejoint ceux qui réclament des représailles militaires plus fortes et a vivement recommandé à l’armée israélienne de frapper les Palestiniens identifiés comme les auteurs de ces lancements.

Le ministre de l’Éducation Naftali Bennett dirige une réunion du parti HaBayit HaYehudi à la Knesset le 18 juin 2018. (Miriam Alster/Flash90)

« Pourquoi ne pas ouvrir le feu sur ceux qui utilisent ces armes aériennes contre nos communautés et également sur les cellules [qui préparent les dispositifs] ? », aurait ainsi demandé Bennett à Eizenkot, selon un reportage qui a été diffusé dimanche par la chaîne Hadashot. « Il n’y a pas d’entrave légale à cela. Pourquoi tirer à côté d’eux et non pas sur eux ? Nous parlons de terroristes à tous les égards ».

Eizenkot a répliqué qu’il ne pensait pas que « tirer sur de jeunes individus et sur des enfants, qui sont parfois à l’origine du lancement des ballons, soit une bonne chose ».

« Et s’il s’agit d’un adulte, identifié comme un adulte ? », a continué Bennett.

« Suggérez-vous de lâcher une bombe depuis un avion sur des cellules qui lancent des cerfs-volants et des ballons ? », a demandé Eizenkot.

« Oui », a répondu Bennett.

« Cela va à l’encontre de mon positionnement moral et opérationnel », a déclaré Eizenkot.

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, (au centre-droite), rencontre des officiers supérieurs du Commandement sud de Tsahal, dont le chef d’état major Gadi Eizenkot (au centre) et le général Herzl Halevi (à droite), le 12 juin 2018. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

L’échange, qui a eu lieu à huis-clos, n’a pu être confirmé.

Cette rencontre a été organisée après un nouveau pic atteint des combats transfrontaliers, dans la journée de samedi. Israël a mené des raids aériens massifs dans tout Gaza et presque 200 projectiles ont été tirés vers les communautés israéliennes depuis la bande en riposte.

Il y a eu de nouveaux incidents, dimanche, des ballons et des cerfs-volants envoyés en Israël, alors même que le Premier ministre Benjamin Netanyahu jurait que ce type d’attaque serait considérée comme une violation du cessez-le-feu délicat trouvé après les affrontements de samedi.

L’armée israélienne a indiqué, dans la journée de dimanche, avoir ouvert le feu à côté de trois groupes de Palestiniens qui préparaient des ballons ou des cerfs-volants incendiaires.

Des pompiers israéliens combattent un incendie dans un champ dans le sud d’Israël causé par des cerfs-volants incendiaires pilotés par des Palestiniens depuis la bande de Gaza le 5 juin 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas a fait savoir qu’au moins deux des attaques avaient entraîné des blessés.

Selon le reportage diffusé par la chaîne Hadashot, les ministres auraient également déploré que les médias exercent des pressions en faveur d’un renforcement des ripostes contre les ballons et les cerfs-volants, qui ont anéanti des milliers d’hectares mais qui n’ont pas fait de blessés.

« Ils ne cessent de dire ‘Israël est en feu’, ‘Israël brûle’. Israël ne brûle pas », aurait déclaré le ministre de l’Energie Yuval Steinitz.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait alors répondu que « les reportages diffusés dans les médias sont surfaits. Les médias nourrissent cette perception et ils présentent les choses d’une manière pervertie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...