Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

En Israël, des kibboutzim se réinventent, loin du socialisme des débuts

Aidés par la Kibbutz Industry Association, les kibboutzim s'initient aux technologies et investissent dans des jeunes pousses

  • Une photo prise le 13 avril 2023 montre un employé de la société de technologie agronomique AgroScout pilotant un drone dans le kibboutz de Yiron, au nord d'Israël. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
    Une photo prise le 13 avril 2023 montre un employé de la société de technologie agronomique AgroScout pilotant un drone dans le kibboutz de Yiron, au nord d'Israël. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
  • Des habitants sont assis ensemble au kibboutz Hanita le 13 avril 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
    Des habitants sont assis ensemble au kibboutz Hanita le 13 avril 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
  • Une photo aérienne prise le 13 avril 2023 montre le kibboutz nord de Yiron qui. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
    Une photo aérienne prise le 13 avril 2023 montre le kibboutz nord de Yiron qui. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
  • Une photo prise le 13 avril 2023 montre un employé de la société de technologie agronomique AgroScout pilotant un drone dans le kibboutz de Yiron, au nord d'Israël. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
    Une photo prise le 13 avril 2023 montre un employé de la société de technologie agronomique AgroScout pilotant un drone dans le kibboutz de Yiron, au nord d'Israël. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
  • Des habitants se promènent dans le kibboutz israélien de Hanita le 13 avril 2023. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)
    Des habitants se promènent dans le kibboutz israélien de Hanita le 13 avril 2023. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)
  • Des habitants marchent dans le kibboutz israélien de Hanita, le 13 avril 2023. Les entrepreneurs transforment le kibboutz israélien en centres pour les industries créatives et de haute technologie, après des décennies de déclin dans les communautés rurales autrefois considérées comme des modèles de socialisme. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)
    Des habitants marchent dans le kibboutz israélien de Hanita, le 13 avril 2023. Les entrepreneurs transforment le kibboutz israélien en centres pour les industries créatives et de haute technologie, après des décennies de déclin dans les communautés rurales autrefois considérées comme des modèles de socialisme. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)
  • Yuval Vakrat tient un jouet en bois dans sa boutique du kibboutz israélien de Hanita, le 13 avril 2023. - (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)
    Yuval Vakrat tient un jouet en bois dans sa boutique du kibboutz israélien de Hanita, le 13 avril 2023. - (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)

« On peut encore voir un peu d’huile sur les murs », montre Youval Vakrat dans l’ancienne usine métallurgique qui accueille aujourd’hui une galerie d’art, plusieurs boutiques et une distillerie au kibboutz Hanita, dans le nord-ouest d’Israël.

A l’image de l’homme revenu vivre au kibboutz dans lequel il est né il y a 43 ans, d’autres ont regagné le bercail, attirés par les nouvelles opportunités qui s’offrent à eux dans ces anciens villages agricoles collectivistes.

Situé en Haute-Galilée, près de la frontière avec le Liban, Hanita, fondé en 1938, compte aujourd’hui environ 750 habitants.

Créé par des Juifs européens sionistes venus s’installer en Palestine ottomane, puis sous mandat britannique, les kibboutzim ont longtemps représenté le dynamisme du jeune Etat israélien proclamé en 1948.

« Tout était commun », explique le sociologue Youval Achouch, spécialiste du kibboutz, mot qui signifie « assemblée » ou « ensemble » en hébreu. « Il n’y avait pas de propriété privée. »

« Le kibboutz a été la société socialiste qui a le mieux réussi dans l’histoire de l’humanité », avant qu’il ne décline dans les années 1980, assure l’enseignant-chercheur au Western Galilee Academic College à Akko (nord).

Yuval Vakrat tient un jouet en bois dans sa boutique du kibboutz israélien de Hanita, le 13 avril 2023. – (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)

Les difficultés économiques et la chute de l’URSS dans les années 1990 ont contribué à remettre en cause le modèle coopératif et égalitaire des kibboutzim, très endettés, dit-il, entraînant une crise démographique.

De nombreux jeunes ont quitté ces villages pour la ville avant que l’apparition de nouvelles valeurs individualistes n’achève de faire prendre au kibboutz un virage libéral au début du XXe siècle, poursuit M. Achouch.

Des vaches à la technologie

La majorité des quelque 270 kibboutzim du pays ont alors entamé un processus de « privatisation ». « Ils ont mis de côté les principes idéologiques, le socialisme, et ont essayé de s’intégrer dans le système économique ambiant pour survivre », affirme le sociologue.

A l’image de Hanita, qui s’est ouvert aux entrepreneurs, les kibboutzim encouragent aujourd’hui les initiatives privées pour attirer les jeunes et la population croît à nouveau depuis une dizaine d’années, souligne M. Achouch.

Une photo prise le 13 avril 2023 montre un employé de la société de technologie agronomique AgroScout pilotant un drone dans le kibboutz de Yiron, au nord d’Israël. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Parti faire le tour du monde avant de revenir il y a quelques années, M. Vakrat tient aujourd’hui une boutique de jeux et d’objets en bois qu’il fabrique dans l’ancienne usine métallurgique.

« Des projets ont commencé à voir le jour pour les jeunes et cela répondait à nos besoins », confie-t-il.

« J’ai en outre eu la possibilité d’acheter une vieille maison à un bon prix et j’ai saisi cette opportunité », dit-il en vantant le cadre de vie et la proximité avec la nature, Hanita étant niché au sommet d’une colline, « entouré d’une forêt et près de la mer ».

Selon Gil Lin, PDG de la Kibbutz Industry Association, organisme qui regroupe et représente les kibboutzim, ceux-ci représentent 40 % de la production agricole du pays et 11 % de son industrie. Et ils se diversifient aujourd’hui en investissant de plus en plus dans l’immobilier et les services.

Ils se réinventent également grâce à des investissements dans le secteur des techniques de pointe, moteur de l’économie d’Israël, la « start-up nation ».

Au kibboutz Yiron, dans le nord-est d’Israël, une société agrotechnologique, Agroscout, s’est installée il y a un an et demi dans l’ancienne étable, rénovée spécialement pour eux.

Une photo prise le 13 avril 2023 montre un employé de la société de technologie agronomique AgroScout pilotant un drone dans le kibboutz de Yiron, au nord d’Israël. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

« Il y a encore 30 ans, il y avait des vaches ici », raconte à l’AFP Simha Shore, fondateur et directeur général de cette entreprise qui propose des solutions technologiques aux agriculteurs.

« Approches innovantes »

La grande photo en noir et blanc de l’étable affichée dans l’entrée montre un contraste saisissant avec le cadre actuel.

Des cloisons vitrées ont pris place dans l’ancienne salle de stabulation et sur le plateau, des employés sont plongés dans leurs écrans d’ordinateurs tandis que d’autres manipulent des drones qu’ils s’apprêtent à faire voler au-dessus d’un champ voisin.

La technologie développée par Agroscout permet de collecter des informations sur des cultures et de détecter la présence de nuisibles par le biais de drones, de satellites ou de téléphones portables.

Une photo aérienne prise le 13 avril 2023 montre le kibboutz nord de Yiron qui. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Aidés par la Kibbutz Industry Association, les kibboutzim s’initient aux technologies et investissent dans des jeunes pousses avec lesquelles ils partagent les mêmes « approches innovantes », note M. Lin.

« Les kibboutzim ont été les premières start-ups » d’Israël, déclare-t-il.

« La culture israélienne ose et elle est créative. A l’époque, les kibboutzim incarnaient cet état d’esprit, aujourd’hui ce sont les start-ups », renchérit M. Achouch.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.