Enquête ouverte contre 2 manifestantes ayant insulté une policière et un soldat
Rechercher

Enquête ouverte contre 2 manifestantes ayant insulté une policière et un soldat

Deux femmes sont accusées d'outrage à fonctionnaires - une infraction pénale - et de ne pas avoir obtempéré lors d'une manifestation devant la Knesset

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une manifestante se dispute avec un soldat à un barrage routier devant la Knesset à Jérusalem, le 29 septembre 2020. (Capture d'écran : Twitter)
Une manifestante se dispute avec un soldat à un barrage routier devant la Knesset à Jérusalem, le 29 septembre 2020. (Capture d'écran : Twitter)

Jeudi, la police a convoqué deux manifestants pour les interroger après qu’ils se sont filmés en train de dire à un soldat et à un officier de police qu’ils « devraient avoir honte » d’utiliser des militaires pour faire fonctionner un barrage routier destiné à empêcher une manifestation anti-gouvernementale en début de semaine.

Insulter un fonctionnaire est une infraction pénale en vertu de la loi israélienne.

Le soldat faisait partie des quelque 2 000 soldats mis à la disposition de la police pour aider à faire respecter le bouclage national. Les soldats n’étaient pas habilités à procéder à des arrestations ou à agir en tant que policiers, mais devaient plutôt renforcer les forces de police en manque de personnel.

Les responsables de la Défense ont depuis indiqué que les soldats ne seront plus déployés à proximité des zones sensibles de protestation.

Dans la vidéo en hébreu, on peut voir les manifestantes se diriger vers un barrage routier installé aux abords de la Knesset. Leur voiture était l’une des nombreuses à participer à une manifestation automobile contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au cours de laquelle un convoi de voitures est passé devant le Parlement en klaxonnant pour protester.

Au début, on peut voir les femmes dire à un soldat qu’il « devrait avoir honte » de mettre en place un barrage de contre-manifestation et qu’il « ne devrait pas participer à cela ».

Lorsque le soldat a dit qu’il « ne voulait pas débattre », une des femmes a répondu : « vous ne voulez pas débattre avec moi, mais je veux débattre avec vous ». Je vais vous faire honte. Vous êtes un soldat de l’armée israélienne ! »

Le soldat les a alors salués et s’est éloigné. Après son départ, on entend alors l’autre femme dans la voiture dire à son amie : « Je ne bougerais pas, il n’a pas à me dire ce que je dois faire. Quel culot ! »

Elle marmonne alors à voix basse « fils de p… » sans qu’on sache clairement à qui cela s’adresse.

Les femmes se sont alors dirigées vers la policière qui dirigeait le barrage routier et lui ont dit qu’elle aussi « devrait avoir honte » d’utiliser des soldats à cette fin.

« Mes enfants sont dans l’armée. J’ai honte de ce que vous faites avec nos soldats », a déclaré l’une des femmes.

L’autre s’adresse au soldat. « Ils font partie de la police de Bibi, vous êtes censé être un soldat de Tsahal », dit-elle en utilisant le surnom de Netanyahu.

Les propos de l’une des deux femmes qui a dit « Quel culot ! Fils de p… », qui ont été murmurés à voix basse alors que ni le soldat ni la policière n’étaient présents, semblaient être les seules insultes directes dans la vidéo de deux minutes.

Néanmoins, la police a annoncé jeudi matin qu’elle ouvrait une enquête sur les agissements des deux femmes et les a convoquées pour un interrogatoire.

« La police israélienne a ouvert une enquête à la lumière d’une vidéo publiée sur les médias sociaux dans laquelle deux femmes insultent un soldat et une policière à un barrage de police à Jérusalem et ne suivent pas leurs instructions », a déclaré la police.

Le dénigrement d’un fonctionnaire dans le cadre de ses fonctions est un crime en Israël, passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à six mois, bien que dans la plupart des cas, la sanction soit une amende. De 2012 à 2014, plus de 4 000 inculpations pour ce délit ont été déposées par les procureurs de l’État, selon les chiffres les plus récents publiés officiellement.

Bien que les attaques des deux manifestantes contre le soldat et la policière mardi aient été largement dénoncées par les responsables de la Défense, peu après l’incident, l’armée israélienne et le ministre de la Défense Benny Gantz ont effectivement reconnu qu’ils étaient d’accord avec leur principal argument, à savoir que les militaires ne devraient pas participer à ces efforts de lutte contre les manifestations.

Gantz a qualifié cette mission d’“erreur” et a déclaré qu’elle ne serait pas répétée. Des officiers supérieurs de Tsahal et de la police israélienne se sont ensuite rencontrés mardi et ont convenu que les soldats devaient être tenus à l’écart des zones de protestation, et toutes les unités ont été retirées de la zone sensible de Jérusalem, où les manifestations étaient plus probables.

« Positionner les soldats de Tsahal à proximité des centres de protestation est une erreur qui a déjà été réglée et qui ne sera pas répétée », a déclaré M. Gantz dans un communiqué mardi.

Les manifestations contre Netanyahu pour sa corruption présumée et la gestion par le gouvernement de l’épidémie de virus sont devenues régulières ces derniers mois, avec des rassemblements organisés plusieurs fois par semaine devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, et des événements majeurs tous les samedis soirs.

La police se plaint régulièrement de subir des insultes de la part des manifestants alors que les tensions entre les groupes s’intensifient.

Les protestations devraient être considérablement réduites après le vote des ministres, mercredi en fin de journée, d’interdire les déplacements de plus d’un kilomètre pour se rendre à une manifestation et de limiter les rassemblements de protestation à un maximum de 20 participants par groupe.

De nombreuses organisations de la société civile ont dénoncé ces réglementations comme une violation injustifiée des droits des citoyens.

Netanyahu et d’autres ont condamné les rassemblements de masse comme étant des incubateurs d’infection.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...