Le Jihad islamique appelle à « l’escalade » après les heurts au mont du Temple
Rechercher

Le Jihad islamique appelle à « l’escalade » après les heurts au mont du Temple

Erdan dit avoir autorisé "tous les Juifs et visiteurs" sur le site saint ; la Jordanie dénonce une "agression des forces israéliennes contre les fidèles"

Des Juifs visitent le mont du Temple, site accueillant la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher dans la Vieille Ville de Jérusalem durant la fête de Soukkot, le 8 octobre 2017 (Crédit : Yaakov Lederman/Flash90)
Des Juifs visitent le mont du Temple, site accueillant la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher dans la Vieille Ville de Jérusalem durant la fête de Soukkot, le 8 octobre 2017 (Crédit : Yaakov Lederman/Flash90)

Le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique a appelé dimanche à l’escalade des attaques sur des cibles israéliennes en réponse à son « terrorisme » sur le mont du Temple, déclarant que les événements de dimanche nécessitent la formulation d’une « position nationale » sur le sujet.

« Les crimes de l’occupation à Jérusalem, Gaza et dans le reste de la Palestine nécessitent une position nationale pour escalader la confrontation, a déclaré le groupe dans un communiqué, selon le journal Palestine Today associé au Jihad islamique. Nous saluons notre peuple à Jérusalem et les territoires occupées de 1948 qui défendent la sainte mosquée Al-Aqsa ».

« Nous appelons à l’escalade de la confrontation et à la résistance de l’occupation comme la seule option pour vaincre l’arrogance et pour répondre au terrorisme et à l’agression, a-t-il continué. L’ennemi sioniste tente de nous imposer un projet pour prendre un contrôle total de la mosquée Al-Aqsa et la diviser. Nous tenons l’ennemi sioniste pour entièrement responsable de l’ampleur de ses agressions et de ses crimes, et nous affirmons que ses actions entraîneront une réponse palestinienne. La résistance continuera à opérer malgré toutes les formes d’oppression et de terrorisme que l’ennemi pratique ».

Le bureau du ministère israélien de la Sécurité publique a indiqué dimanche que 1 729 Juifs s’étaient rendus sur le mont du Temple aujourd’hui contre 1 440 l’année dernière pour Tisha BeAv, le jour du jeûne juif en mémoire de la destruction des deux temples et d’autres tragédies.

Il s’agit d’un nouveau record pour une même journée, mais les visites ont été brèves, la police ayant rapidement poussé les fidèles juifs vers la sortie.

Gilad Erdan a félicité les forces de l’ordre pour leur travail de sécurisation du site et ajouté qu’il a souhaité « autoriser tous les Juifs et visiteurs à y entrer — après des contrôles — et renforcer la souveraineté israélienne sur le mont ».

D’après le ministre, le nombre de Juifs s’étant rendus sur le mont du Temple a quadruplé au cours des quatre dernières années.

Ahmad Tibi, élu de la Liste arabe unie, a déclaré à la Treizième chaîne : « Je n’accepte aucune tentative de prière ou présence juive dans la mosquée Al-Aqsa ».

Tibi est entré sur le mont du Temple dimanche matin, malgré l’interdiction imposée à tous les élus de la Knesset d’entrer sur le lieu saint disputé. Il a été touché par du gaz lacrymogène lorsque la police a cherché à assurer l’entrée des Juifs dans le lieu saint.

De son côté, le ministère des Affaires étrangères jordanien a fustigé Israël pour avoir fait usage de la force contre les Palestiniens sur le site hiérosolymitain, connu par les musulmans comme la mosquée d’Al-Aqsa.

« Le ministère des Affaires étrangères et des Expatriés condamne les violations éhontées continues des Israéliens à l’égard de la mosquée d’Al-Aqsa, la dernière en date étant l’agression des forces israéliennes contre les fidèles et les employés du conseil du Waqf de Jérusalem au sanctuaire », a déclaré Sufyan Qudah, le porte-parole du ministère, dans un communiqué.

Des émeutes ont en effet éclaté dimanche matin entre Palestiniens et forces de police israéliennes sur le mont du Temple.

D’après la police israélienne, des milliers de fidèles musulmans se sont rassemblés près de la porte Mughrabi dans la matinée et se sont mis à lancer des pierres et d’autres objets contre les forces de l’ordre.

La police a indiqué avoir décidé mettre un terme aux échauffourées par des « moyens de dispersion ».

Sufyan Qudah a également fait savoir que la Jordanie avait adressé une lettre de protestation à Israël via les canaux diplomatiques officiels, l’appelant à « respecter la sainteté de la mosquée et les sentiments des fidèles ».

Le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi a affirmé qu’Israël essayait de modifier le statu quo dans les lieux saints disputés à Jérusalem après les affrontements entre la police israélienne et des émeutiers musulmans.

« Nous condamnons totalement les violations d’Israël de la mosquée bénie Al-Aqsa », a déclaré Safadi dans un tweet écrit en langue arabe. « Les actions absurdes des autorités d’occupation et les tentatives de changer le statu quo dans Jérusalem occupée ne feront que conduire à exacerber le conflit et à faire exploser la situation. Nous appelons la communauté internationale à prendre ses responsabilités et à faire pression sur Israël pour qu’il arrête ses violations ».

Safadi a également publié un message en anglais, avec une formulation légèrement différente.

De son côté, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a tweeté une photo des policiers israéliens arrêtant des femmes musulmanes alors qu’ils évacuaient du mont du Temple des émeutiers qui tentaient d’empêcher les Juifs d’entrer dans l’enceinte sacrée ce dimanche.

Zarif a qualifié cela de « crime » et de « tyrannie », qualifiant les autorités israéliennes de « terroristes ».

Dimanche marque le début de l’Aïd al-Adha, une fête musulmane célébrant la fin du pèlerinage annuel à la Mecque, qui coïncide cette année avec la journée juive du jeûne de Tisha BeAv.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...