Eric Trump accusé d’antisémitisme
Rechercher

Eric Trump accusé d’antisémitisme

Le fils du président américain Donald Trump a critiqué le livre de Bob Woodward : "écrivez un bouquin à sensation insensé... Faites-vous trois shekels supplémentaires"

Eric Trump a qualifié le nouveau livre du journaliste Bob Woodward sur la Maison Blanche d’ouvrage « à sensation insensé » que l’auteur a écrit « pour se faire trois shekels supplémentaires », s’attirant les critiques des utilsateurs des réseaux sociaux qui ont noté que la référence à la devise israélienne avait des connotations antisémites.

Les propos du fils du président américain Donald Trump ont été tenus lors d’une interview diffusée mercredi par « Fox & Friends ».

Le livre de Woodward, Fear: Trump in the White House, dépeint une Maison Blanche engluée dans les dysfonctionnements, avec des conseillers dénigrant le président républicain et œuvrant à l’empêcher de prendre des décisions désastreuses. L’ouvrage cite des sources anonymes.

« Mais vous ne pensez pas que les gens voient le fait que vous avez aussi pu écrire un livre à sensation insensé ? CNN va clairement faire appel à vous également parce que cette chaîne adore détruire le président », a dit Trump.

« Ce qui voudra dire que vous allez vendre trois bouquins de plus, que vous allez vous faire trois shekels supplémentaires, au détriment du peuple américain, au détriment du pays et d’un président qui fait un travail formidable sous absolument tous les aspects », a-t-il continué.

La devise contemporaine israélienne porte le nom de la devise référencée dans la Bible. C’est également un terme issus de l’argot américain et irlandais pour désigner l’argent.

Mais sur certains sites antisémites, le terme « shekel » est souvent utilisé sarcastiquement pour se référer à l’argent ou à l’influence des Juifs.

Certains utilisateurs de Twitter ont critiqué Trump pour avoir utilisé ce mot.

« Les seules personnes qui se réfèrent à l’argent gagné comme à des ‘shekels supplémentaires’, ce sont les Israéliens qui parlent hébreu et les antisémites qui parlent anglais hors d’Israël. Eric Trump ne parle pas l’hébreu alors on sait exactement ce qu’il lit quand il va sur Internet », a écrit Yair Rosenberg, journaliste à Tablet.

Jonathan Weissman, rédacteur-adjoint de l’édition de Washington du New York Times, a qualifié les propos de « scandaleux ».

« Si vous voulez voir comment les néo-nazis utilisent le terme ‘shekels’, allez jeter un coup d’œil rapide sur le Daily Stormer, », a-t-il écrit sur Twitter. Les ‘trois shekels supplémentaires’ de l’attaque contre Bob Woodward d’Eric Trump ne sont pas plus un accident que l’image de Hillary Clinton sur une étoile de David.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...