Rechercher

Evasion de Gilboa: les prisonniers palestiniens condamnés à 5 ans de prison de plus

Le tribunal a également condamné à quatre ans d’emprisonnement et 2 000 shekels quatre prisonniers qui les avaient aidés à mettre en œuvre leur plan

Zakaria Zubeidi (au centre), qui s’était évadé de la prison de haute sécurité de Gilboa, arrive, entouré de gardiens de prison, pour une audience dans la ville de Nazareth, au nord d’Israël, le 22 mai 2022 (Crédit : Oren Ziv/Pool)
Zakaria Zubeidi (au centre), qui s’était évadé de la prison de haute sécurité de Gilboa, arrive, entouré de gardiens de prison, pour une audience dans la ville de Nazareth, au nord d’Israël, le 22 mai 2022 (Crédit : Oren Ziv/Pool)

Un tribunal a prononcé dimanche des peines de cinq ans d’emprisonnement à l’encontre de six prisonniers de sécurité, dont plusieurs condamnés pour terrorisme, pour s’être évadés d’un centre de détention de haute sécurité dans le nord d’Israël, l’an dernier.

Les six hommes étaient parvenus à s’enfuir de la prison de Gilboa, en septembre, avant d’être capturés dans les deux semaines suivantes, à l’issue d’une chasse à l’homme de grande envergure. Il s’agit du célèbre terroriste du Fatah, Zakaria Zubeidi, et de cinq membres du Jihad islamique palestinien.

Les peines s’ajouteront au temps qu’ils purgent déjà derrière les barreaux.

En plus de la peine de prison ferme, les six hommes se sont vus infliger huit mois de prison avec sursis et une amende de 5 000 shekels chacun.

Le tribunal a également condamné à quatre ans d’emprisonnement et 2 000 shekels quatre prisonniers qui les avaient aidés à mettre en œuvre leur plan.

Les nouvelles peines ont été dénoncées par un porte-parole du groupe terroriste Hamas, à Gaza, comme « une poursuite de l’agression et des violations de l’occupation contre nos prisonniers héroïques ».

Des policiers et des gardiens de prison inspectent les lieux d’une évasion de six prisonniers palestiniens, à l’extérieur de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Sebastian Scheiner/AP)

L’évasion audacieuse du 6 septembre 2021 est considérée comme un échec majeur – et fort embarrassant – du service pénitentiaire israélien. Les prisonniers auraient creusé le tunnel pendant des mois avant de s’évader, en utilisant des assiettes, des poignées, des débris de construction et un cintre métallique.

L’évasion a révélé l’existence de nombreuses lacunes au sein de la prison, parmi lesquelles une incapacité à tirer les enseignements d’évasions passées et plusieurs erreurs opérationnelles, comme des tours de guet vides ou des gardes assoupis.

Quatre prisonniers, dont Zubeidi, avaient été capturés dans le nord d’Israël au cours de la première semaine. Les deux autres, qui s’étaient rendus dans la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, s’étaient cachés jusqu’au moment de leur arrestation, le 19 septembre.

Le cerveau présumé de l’évasion, Mahmoud al-Arida, a déclaré aux enquêteurs que Zubeidi avait été inclus au projet à la toute fin, dans l’espoir que ses liens avec l’Autorité palestinienne leur assurent une certaine protection.

Lors de son propre interrogatoire, Zubeidi a déclaré avoir découvert le tunnel le jour de l’évasion.

Dans le sens des aiguilles d’une montre, en haut à gauche : Zakaria Zubeidi, Yaquob Qadiri, Iham Kamamji, Mahmoud al-Arida et Munadil Nafiyat (Autorisation) et Mohammed al-Arida (Crédit : Flash 90)

Zubeidi, qui a orchestré des attentats terroristes pendant la deuxième Intifada, en qualité de membre des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, avait bénéficié d’une amnistie en 2007.

En 2019, il avait de nouveau été interpellé et accusé d’avoir participé à deux fusillades contre des bus israéliens en Cisjordanie, avec des accusations complémentaires concernant des faits commis au début des années 2000.

Son frère, Daoud Zubeidi, a succombé à ses blessures, la semaine passée. Il avait été blessé lors d’une fusillade avec des soldats israéliens, dans et autour de la ville de Jénine en Cisjordanie, lors d’une opération conjointe des forces spéciales de la police et de l’armée israélienne. Le commando de la police israélienne Noam Raz, 47 ans, a été tué au cours de cette fusillade.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...