Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Explosion de Beyrouth : le juge chargé de l’enquête poursuivi en justice

"Je suis toujours chargé de l'enquête et je ne me dessaisirai pas de ce dossier. Le procureur n'a pas la prérogative de me poursuivre", a réagi Tarek Bitar

Des partisans des groupes chiites Hezbollah et Amal scandent des slogans contre le juge Tarek Bitar qui enquête sur l'explosion meurtrière du port maritime de l'année dernière, lors d'une manifestation devant le palais de justice de Beyrouth, au Liban, le 14 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)
Des partisans des groupes chiites Hezbollah et Amal scandent des slogans contre le juge Tarek Bitar qui enquête sur l'explosion meurtrière du port maritime de l'année dernière, lors d'une manifestation devant le palais de justice de Beyrouth, au Liban, le 14 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

Poursuivi en justice après avoir été soumis à d’énormes pressions politiques, le juge indépendant chargé de l’enquête sur l’explosion meurtrière au port de Beyrouth a assuré mercredi qu’il n’abandonnerait pas son investigation.

Le procureur général du Liban avait décidé plus tôt dans la journée de poursuivre ce juge, Tarek Bitar, ripostant à sa propre mise en accusation sur fond d’un bras de fer judiciaire qui menace d’occulter l’enquête.

L’explosion du 4 août 2020, qui avait fait plus de 215 morts et dévasté des quartiers entiers de Beyrouth, avait été provoquée par le stockage sans précaution de centaines de tonnes de nitrate d’ammonium dans un entrepôt au port.

Les autorités libanaises sont accusées par des ONG et les familles des victimes de faire obstruction à l’enquête locale et refusent une enquête internationale.

Mercredi soir, les ONG Human Rights Watch (HRW) et Amnesty International ont pressé le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies d' »adopter de toute urgence une résolution pour mettre en place une commission d’enquête impartiale ».

« Il est parfaitement clair que les autorités libanaises sont déterminées à faire obstruction à la justice », ont-elles estimé dans un communiqué conjoint mercredi soir.

(FICHIERS) Cette photo d’archives prise le 14 octobre 2021 montre une affiche d’un portrait du juge Tarek Bitar, l’enquêteur de l’explosion de Beyrouth, avec une légende en arabe indiquant « ceci n’est pas un juge d’instruction, c’est un destructeur d’enquête », lors d’un rassemblement organisé pour exiger la révocation du juge près du Palais de justice de la capitale libanaise. (Crédit : AFP)

A Washington, le porte-parole du département d’Etat, Ned Price, n’a pas directement commenté ces développements mais a appelé le Liban « à mener une enquête rapide et transparente sur cette terrible explosion ».

« Nous pensons que les responsables doivent rendre des comptes », a-t-il ajouté.

M. Bitar avait décidé lundi, à la surprise générale, de reprendre son enquête suspendue pendant 13 mois en raison de pressions de la part d’une grande partie de la classe politique, dont le puissant groupe terroriste du Hezbollah pro-iranien.

Il avait inculpé plusieurs personnalités, notamment le procureur général Ghassan Oueidate et deux hauts responsables de la sécurité, une première dans l’histoire du Liban.

Dans une déclaration à l’AFP, M. Oueidate a annoncé avoir décidé de poursuivre le juge Bitar pour « rébellion contre la justice », et « usurpation de pouvoir », un fait rare.

Le juge est en outre frappé d’une interdiction de quitter le territoire libanais, a ajouté le procureur général près la Cour de cassation. M. Bitar est appelé à comparaître jeudi matin.

« Je suis toujours chargé de l’enquête et je ne me dessaisirai pas de ce dossier. Le procureur n’a pas la prérogative de me poursuivre », a réagi, dans une déclaration à l’AFP, le juge Bitar.

Selon un responsable judiciaire ayant requis l’anonymat, il refuse de comparaître jeudi.

« Coup d’Etat mafieux »

« C’est un coup d’Etat mafieux contre ce qu’il reste de la légalité », a affirmé à l’AFP l’avocat Nizar Saghié, directeur de l’ONG juridique libanaise Legal Agenda.

« On est dans un Etat où l’accusé fait la guerre au juge chargé de l’enquête. Il poursuit le juge qui l’a poursuivi il y a deux jours, ce n’est pas possible juridiquement », a-t-il ajouté.

L’explosion a été imputée par une grande partie de la population à la corruption et la négligence de la classe dirigeante.

Des militants et des proches de victimes de l’explosion du port de Beyrouth manifestent le 29 septembre 2021 devant le palais de justice de la capitale libanaise pour protester contre la suspension de l’enquête sur l’explosion du port du 4 août 2020. (Crédit : Anwar AMRO / AFP)

Le procureur a également ordonné la libération des 17 personnes détenues sans jugement depuis la gigantesque explosion, parmi lesquelles un ressortissant détenant la double nationalité américaine et libanaise, ainsi que les directeurs des douanes Badri Daher et du port Hassan Koraytem.

Ces trois personnes ne figuraient pas parmi les cinq détenus dont M. Bitar avait ordonné la libération lundi, lorsqu’il avait décidé de reprendre l’enquête.

Les correspondants de l’AFP ont vu jeudi soir plusieurs détenus sortir du centre de Rihaniyé où ils étaient incarcérés, près de Beyrouth.

Ce bras de fer juridique entre le procureur et le juge chargé de l’enquête menace d’occulter l’enquête sur l’explosion, et la libération des détenus a provoqué la colère des familles des victimes.

Le parquet général « n’a pas le droit de libérer. C’est de la folie », a affirmé Cécile Roukoz, une des avocates des familles des victimes, qui a perdu son frère dans l’explosion.

« C’est le juge chargé de l’enquête qui est censé décider de leur libération, et le parquet général qui exécute. Ils font l’inverse », a-t-elle ajouté à l’AFP.

Des graffitis politiques sont visibles devant le lieu de l’explosion du 4 août qui a touché le port maritime de Beyrouth, au Liban, le 9 août 2020.(Crédit : AP/Hussein Malla)

« La décision du juge Ghassan Oueidate de libérer l’ensemble des détenus et les autres initiatives menées par le régime signifient que le Liban est devenu un Etat totalement failli », a déclaré de son côté Paul Naggear, qui a perdu sa fille de trois ans, Alexandra, dans l’explosion.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.