Rechercher

Face aux critiques, Maoz dénonce « une campagne sauvage de la gauche »

"Ce n'est rien de moins qu'une rébellion, une tentative visant à empêcher un Premier ministre de rassembler le seul gouvernement élu légitime au lendemain du scrutin", a-t-il dit

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le chef de Noam, Avi Maoz, lors d'une réunion de faction à la Knesset, le 5 décembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le chef de Noam, Avi Maoz, lors d'une réunion de faction à la Knesset, le 5 décembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Répondant à un torrent de critiques contre sa nomination promise à la tête d’un bureau en charge de l’identité juive, Avi Maoz, le chef du parti anti-LGBT et misogyne Noam, a indiqué que les attaques lancées à son encontre étaient issues d’une campagne politique menée par une minorité amère.

Prenant la parole lors d’une réunion de faction – dont il est le seul représentant à la Knesset – Maoz a évoqué « une campagne sauvage menée par la gauche, dirigée par Yair Lapid et par les médias, contre le Premier ministre élu et contre sa tentative visant à former un gouvernement ».

« C’est une campagne menée par la minorité perdante aux élections – contre la majorité du peuple qui a fait savoir de manière décisive ce qu’il voulait dans les urnes », a-t-il continué.

« Ce n’est rien de moins qu’une rébellion, une tentative d’empêcher un Premier ministre de rassembler le seul gouvernement élu légitime au lendemain du scrutin », a continué Maoz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.