Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

France 24 : Une journaliste accusée d’antisémitisme reprend son poste

Suite à ce retour, l’avocat Gilles-William Goldnadel a déclaré que l’association Avocats Sans Frontières allait saisir l’Arcom (ex-CSA)

La régie de France 24 en décembre 2006. (Crédit : Luca Conti / Flickr: La regia di France 24 /2 / CC BY 2.0)
La régie de France 24 en décembre 2006. (Crédit : Luca Conti / Flickr: La regia di France 24 /2 / CC BY 2.0)

En mars dernier, la chaine France 24 suspendait quatre journalistes arabophones accusés d’antisémitisme.

Parmi eux : la correspondante de France 24 à Jérusalem, Laila Odeh, qui couvre depuis longtemps l’actualité israélienne et palestinienne. Celle-ci a été accusée par l’organisation de veille médiatique CAMERA de laisser depuis longtemps « ses sentiments anti-israéliens imprégner ses reportages, ne respectant pas les normes journalistiques fondamentales d’objectivité et d’exactitude ».

« Sœur fière et endeuillée d’un terroriste du Fatah tué lors d’un affrontement avec des soldats de Tsahal près de la ville israélienne de Beit She’an en juin 1970, alors qu’elle n’était qu’une enfant, Odeh exprime son antipathie encore plus ouvertement sur les médias sociaux », a écrit CAMERA. Dans ses messages, elle a notamment régulièrement glorifié les auteurs d’actes terroristes.

« Parce que je suis une réfugiée palestinienne, j’exige de la Ligue arabe qu’elle m’arme pour que je récupère ma terre qu’Israël a illégalement occupée. Et parce que je suis la sœur d’un martyr, je demande à la Ligue arabe de m’armer pour récupérer le corps de mon frère martyr », a-t-elle notamment posté.

« …Israël se décharge du complexe de son Holocauste sur les Palestiniens, il méprise Hitler tout en étant devenu une version de lui », a-elle écrit dans un autre message.

Après avoir été écartée de l’antenne un moment, elle a finalement été réintégrée le 5 avril, ont indiqué CAMERA et le site francophone InfoEquitable.

Suite à ce retour, l’avocat Gilles-William Goldnadel a déclaré que l’association Avocats Sans Frontières, ONG internationale qui promeut les droits humains et l’accès à la justice, allait saisir l’Arcom (ex-CSA).

« Invraisemblable de constater l’antisémitisme d’une journaliste de sévice public (sic) de se contenter d’un ‘rappel à l’ordre’ et de continuer de la laisser sévir à son poste. Quant aux [radios] sœurs [France] Inter et [France] Info, c’est toujours silence radio », a-t-il écrit sur Twitter.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.