Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

France: une députée Renaissance dénonce un « piège » après une photo avec des néo-nazis

La candidate macroniste aux élections européennes Valérie Hayer a dénoncé des "méthodes indignes, celles de l'extrême droite que je condamne de toutes mes forces et que je combattrai sans relâche"

La présidente de Renaissance Europe, Valerie Hayer, arrive à une réunion du parti avant la conférence européenne sur la défense et la sécurité au siège de l'UE à Bruxelles, le 17 avril 2024. (Crédit : Ludovic Marin/AFP)
La présidente de Renaissance Europe, Valerie Hayer, arrive à une réunion du parti avant la conférence européenne sur la défense et la sécurité au siège de l'UE à Bruxelles, le 17 avril 2024. (Crédit : Ludovic Marin/AFP)

La candidate macroniste aux élections européennes Valérie Hayer a dénoncé dimanche un « piège » tendu par « des militants d’un groupuscule néonazi », après avoir posé pour une photo qui a circulé sur les réseaux sociaux.

« Ce dimanche, j’ai été interpellée par des hommes me réclamant une photo. Je n’ai par principe pas l’habitude de refuser et je l’ai accepté comme je le fais à chaque fois », se défend la tête de liste du camp présidentiel dans un message posté sur X.

« Il s’agit d’un piège qui m’a été tendu par des militants d’un groupuscule néonazi », explique-t-elle encore, dénonçant des « méthodes indignes, celles de l’extrême droite que je condamne de toutes mes forces et que je combattrai sans relâche ».

Le cliché en question montre la candidate, sourire aux lèvres, poser aux côtés de quatre hommes dont le visage est flouté. L’un d’entre eux porte notamment un t-shirt avec la mention « The White Race » (« La race blanche » en anglais).

Mme Hayer a expliqué n’avoir « pas eu le temps de voir les inscriptions racistes sur leurs tenues », au lendemain d’un rassemblement de l’ultradroite qui s’est tenu à Paris à l’initiative d’un « Comité du 9-mai » pour commémorer la mort de l’un d’entre eux, Sébastien Deyzieu, décédé accidentellement en 1994.

Quelques minutes avant le message posté par la candidate macroniste, le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon avait assuré qu’aucune « personne saine d’esprit ne se montrerait avec de tels fauteurs de violence ethniciste », appelant à s’assurer de « l’authenticité » de la photo.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.