Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Gadi Kedem interrogé sous caution après avoir été battu par un extrémiste

Alors qu'il manifestait à Tel Aviv samedi soir, cet homme dont la famille a été tuée le 7 octobre, a été tabassé ; il porte plainte contre des extrémistes l'ayant qualifié de "traître de gauche"

Gadi Kedem, qui a perdu plusieurs membres de sa famille lors des massacres du 7 octobre, arrivant pour déposer plainte au poste de police avec son épouse, après avoir été agressé la veille lors d'une manifestation, à Tel Aviv, le 19 mai 2024. (Crédit : Flash90)
Gadi Kedem, qui a perdu plusieurs membres de sa famille lors des massacres du 7 octobre, arrivant pour déposer plainte au poste de police avec son épouse, après avoir été agressé la veille lors d'une manifestation, à Tel Aviv, le 19 mai 2024. (Crédit : Flash90)

Gadi Kedem, qui a perdu six membres de sa famille le 7 octobre et qui a vraisemblablement été brutalisé samedi par des militants de droite qui portaient une pancarte sur laquelle on pouvait lire « traîtres de gauche », a été interrogé par la police sous caution pour suspicion d’agression lorsqu’il est allé déposer une plainte, a rapporté dimanche la Douzième chaîne.

L’incident a eu lieu la veille lors d’un rassemblement de manifestants anti-gouvernement, dont des familles en deuil et des familles d’otages.

Reuma, l’épouse de Kedem, a déclaré que des militants partisans de la ligne radicale du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu lui ont dit qu’elle était « une dégénérée, une gauchiste puante, et que c’était une bonne chose que vos enfants soient morts ».

Kedem a déclaré que l’homme brandissant la pancarte « traîtres de
gauche » a ensuite attaqué sa femme.

On a ensuite vu Kedem pousser brièvement l’homme, avant qu’il ne soit manifestement tabassé.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux contenait apparemment un enregistrement de l’un des suspects se vantant du « coup de pied que j’ai donné [à Kedem] à la tête ».

Ce suspect n’a apparemment pas été arrêté, selon la Treizième chaîne.

La police a déclaré avoir arrêté deux personnes soupçonnées d’avoir agressé Kedem. Cependant, la Douzième chaîne a indiqué qu’au moins l’une d’entre elles a été immédiatement relâchée sur les lieux de l’incident.

Kedem a été conduit à l’hôpital par des secouristes.

Les Kedem ont perdu leur fille Tamar Kedem Siman Tov, leur gendre Yonatan Siman Tov, leurs jumeaux Arbel et Shachar, âgés de six ans, et Omer, âgé de deux ans, lorsque des terroristes palestiniens du Hamas ont attaqué le kibboutz Nir Oz le 7 octobre.

La famille a été assassinée dans le mamad – abri anti-atomique – de leur maison, ainsi que la mère de Jonathan, Carol Siman Tov. La maison a ensuite été brûlée.

Le chef de l’opposition Yaïr Lapid a sévèrement condamné ces violences.

« Il n’y a rien à attendre du ministre de la Sécurité nationale [Itamar Ben Gvir], mais le chef de la police [Kobi Shabtaï] doit y mettre un terme sans plus attendre – où est-il ? », a écrit Lapid sur X.

Dans une interview accordée dimanche à la radio 103FM, le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, dont le ministère est chargé de contrôler les forces de police, a déclaré que « lorsque j’ai vu les images de la famille Kedem, je l’ai vu donner des coups de poing et attaquer des manifestants d’extrême-droite ».

Selon les organisateurs du rassemblement, plus de 100 000 personnes ont pris part à la manifestation, la dernière en date de plusieurs mois de protestations enflammées exigeant du gouvernement qu’il parvienne à faire libérer la centaine d’otages toujours détenus à Gaza, 225 jours après leur enlèvement.

Les manifestations ont eu lieu un jour après que les corps de quatre otages – Shani Louk, Amit Buskila, Itzik Gelerenter et Ron Benjamin – ont été récupérés par l’armée israélienne dans la bande de Gaza et rapatriés en Israël pour y être enterrés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.