Rechercher

Gantz a approuvé la détention administrative d’un suspect de l’État Islamique

Cette décision fait suite à l'ordre de Bennett de détenir des suspects sans procès afin de prévenir de nouvelles attaques terroristes, après une série d'attentats meurtriers

Le ministre de la Défense Benny Gantz donne une conférence de presse au quartier général du commandement central de Tsahal, le 30 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz donne une conférence de presse au quartier général du commandement central de Tsahal, le 30 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a signé une ordonnance pour maintenir en détention administrative pendant quatre mois un citoyen israélien soupçonné d’être un membre de l’État islamique, a révélé son bureau jeudi.

Selon le communiqué, l’homme est un résident de Nazareth qui a déjà été reconnu coupable d’infractions liées aux armes. Gantz a pris la décision sur la recommandation du chef du Shin Bet, Ronen Bar, et à la lumière d’informations indiquant « l’extrémisme et le soutien du suspect au mouvement ‘Salafi Jihadi’, qui prône la réalisation d’actes djihadistes militaires ».

La déclaration citait également son soutien présumé à « l’idéologie extrémiste » de l’État islamique.

Le ministère de la Défense a déclaré jeudi que Gantz avait également ordonné de placer en détention administrative sept habitants de Jérusalem-Est  « à la lumière de la situation sécuritaire récente ».

La politique israélienne de détention administrative, pratique controversée – qui permet aux autorités israéliennes de détenir des suspects sans inculpation et est généralement déployée contre les Palestiniens en Cisjordanie – devrait être utilisée « dans les situations où il est possible de présenter une justification légale appropriée ». Cette pratique est principalement utilisée contre des suspects palestiniens, bien qu’elle ait été utilisée contre des suspects terroristes juifs dans de rares cas, ainsi que contre des arabes Israéliens.

En réponse à plusieurs attentats terroristes meurtriers ces dernières semaines, les autorités ont appelé à un recours généralisé à la détention administrative pour lutter contre la vague de violence. Deux des trois récents attentats – à Beer Sheva et Hadera – ont été perpétrés par des terroristes arabes israéliens liés à l’EI.

La semaine dernière, le Premier ministre Naftali Bennett a demandé aux services de sécurité de maintenir en détention administrative tous les suspects de terrorisme, sans les inculper, dans le cadre d’une vaste campagne visant à contrecarrer de futures attaques.

Selon le bureau de Bennett, le Premier ministre a déclaré que la pratique controversée devrait être utilisée « dans des circonstances appropriées dans lesquelles il est possible de présenter une base juridique appropriée ».

L’ordre est venu après que Bennett a rencontré de hauts responsables de la sécurité pour une évaluation de la situation à la suite de l’attaque terroriste de Hadera, la deuxième en une semaine par des Israéliens arabes ayant des liens avec l’État islamique.

Bennett a souligné qu’il s’agissait « d’une nouvelle situation qui nécessite des préparatifs appropriés et une adaptation des services de sécurité aux circonstances dans lesquelles des éléments extrémistes de la société arabe, dirigés par l’idéologie islamique extrémiste, commettent des attentats terroristes et font des morts ».

Le Premier ministre a ordonné qu’un certain nombre de mesures soient prises, y compris un effort opérationnel important et continu, grâce à une variété d’outils dans tous les domaines, ainsi que des actions d’enquête ouvertes et secrètes, a précisé le communiqué.

Gantz a juré à l’époque que les autorités « agiront contre ceux qui aident les terroristes et les neutraliseront ». Il a également souligné qu’en général, les citoyens arabes israéliens sont respectueux des lois, « et les exceptions parmi eux ne doivent pas être considérées comme une règle générale ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...