Gantz appelle à renforcer l’Autorité palestinienne et à marginaliser le Hamas
Rechercher

Gantz appelle à renforcer l’Autorité palestinienne et à marginaliser le Hamas

Le ministre de la Défense dit qu'Israël doit frapper plus fort les groupes terroristes de la bande s'il y a de futures attaques, admettant que l'armée ne répondra pas toujours

De gauche à droite : le chef du Shin Bet  Nadav Argaman, le chef d'État-major de l'armée israélienne Aviv Kohavi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz, lors d'une conférence de presse à l'issue du cessez-le-feu avec Gaza, au siège de l'armée à Tel Aviv, le 21 mai 2021. (Crédit : Tal Oz/Defense Ministry)
De gauche à droite : le chef du Shin Bet Nadav Argaman, le chef d'État-major de l'armée israélienne Aviv Kohavi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz, lors d'une conférence de presse à l'issue du cessez-le-feu avec Gaza, au siège de l'armée à Tel Aviv, le 21 mai 2021. (Crédit : Tal Oz/Defense Ministry)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a déclaré dimanche qu’il était impératif que l’État juif renforce l’Autorité palestinienne (AP) et que les efforts de reconstruction, au sein de l’enclave côtière, doivent être orientés en collaboration avec l’AP plutôt qu’avec le Hamas qui contrôle l’enclave côtière.

Gantz a ajouté qu’Israël n’autoriserait pas une reconstruction totale de Gaza avant que le Hamas ne restitue les deux civils israéliens et les dépouilles de deux soldats retenus en otage par le groupe terroriste depuis plus de six ans.

« L’agenda le plus préférable, selon moi, est de renforcer l’Autorité palestinienne autant que possible et de ne pas laisser le Hamas être le seul à définir l’ordre du jour, hors de la bande de Gaza mais aussi à Gaza », a-t-il déclaré.

Alors qu’il lui était demandé s’il exprimait son propre point de vue ou si ce dernier était également celui du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Gantz a déclaré qu’il s’agissait de son positionnement personnel.

« Je ne sais pas ce que pense Netanyahu », a-t-il continué.

Au niveau militaire, Gantz a estimé que les onze jours de combat qui se sont terminés vendredi matin étaient parvenus à affaiblir le Hamas de manière significative, ainsi que les capacités militaires du groupe terroriste.

Il a souligné l’importance de répondre avec plus de force à l’avenir si et quand le Hamas, ou les autres organisations de la bande, choisiraient d’attaquer à nouveau Israël – même si le ministre de la Défense a reconnu que cela ne signifierait pas nécessairement de lancer des représailles pour chaque acte d’agression. Il a également noté que l’armée devait être prête à initier des frappes contre le Hamas dans certains cas.

Une unité d’artillerie lance des obus vers des cibles à Gaza, le 19 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov, File)

La manière de renforcer l’Autorité palestinienne et de marginaliser le Hamas, a poursuivi Gantz, est d’impliquer le plus grand nombre d’États arabes que possible – en particulier les pays du Golfe, l’Égypte et la Jordanie, en plus des États-Unis et de l’Union européenne. Gantz a souligné de manière significative l’implication du Qatar, avec lequel Israël n’entretient pas de relations diplomatiques et qui est un pays proche de la Turquie. Doha a tenu un rôle déterminant en termes de médiation entre l’État juif et le Hamas, ces dernières années, fournissant – et retenant parfois – des aides financières au groupe terroriste et aux fonctionnaires civils de la bande.

« Mais je fais la distinction entre l’aide humanitaire de base comme l’alimentation, l’eau et l’électricité, qui sont indispensables à la population, et un autre niveau d’aides que nous devons conditionner au retour des captifs », a continué Gantz.

Le ministre de la Défense n’a pas expliqué les mécanismes précis qui pourraient être utilisés pour aider Gaza sans enrichir pour autant le groupe terroriste du Hamas – une question qui est un défi, depuis longtemps, pour les pays et les organisations qui cherchent à investir dans l’enclave.

Un hôpital de campagne mobile jordanien entre à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, par le poste-frontière de Kerem Shalom, principal point de passage des produits qui entrent à Gaza depuis Israël, le 21 mai 2021. (Crédit : SAID KHATIB/AFP)

Gantz a précisé qu’il était impossible d’empêcher le Hamas de reconstruire en profitant des matériaux « à double usage » tels que le ciment. « Je ne suis pas naïf : certains matériaux qui vont entrer, après que nous les ayons supervisés, seront en définitive utilisés par le Hamas », a-t-il affirmé.

Il a dit que tandis que le Hamas tentait de faire entrer des armes à Gaza, le groupe terroriste était apte à produire ses propres minutions au sein de l’enclave côtière – et que cette aptitude devenait croissante.

Le gouvernement se trouve au cœur de discussions portant sur la manière de garantir que l’argent et les approvisionnements qui entreront à Gaza ne seront pas utilisés par le Hamas. Des équipes du ministère de la Défense et du bureau du Premier ministre travaillent sur ce problème, a noté Gantz, et des entretiens à ce sujet en présence de Netanyahu auront lieu lundi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...