Rechercher

Gantz envoie un dossier à Baharav-Miara pour pouvoir nommer un chef d’état-major

Un avis juridique formulé par le principal expert en droit de l'establishment de la Défense a été envoyé à la procureure-générale, que le Likud a menacé d'écarter

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration : Le ministre de la Défense, Benny Gantz, et le chef d'état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, lors d'un événement organisé pour les soldats exceptionnels dans le cadre des célébrations du 74e anniversaire de l'indépendance d'Israël, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 5 mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration : Le ministre de la Défense, Benny Gantz, et le chef d'état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, lors d'un événement organisé pour les soldats exceptionnels dans le cadre des célébrations du 74e anniversaire de l'indépendance d'Israël, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 5 mai 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a poursuivi dimanche sa tentative de nommer le prochain chef de Tsahal, rejetant la demande des partis religieux et de droite de l’opposition de surseoir à nommer à des postes de haut-fonctionnaire jusqu’à l’investiture d’un prochain gouvernement.

Gantz cherche à nommer un successeur au chef d’état-major général de Tsahal, le lieutenant-général Aviv Kohavi, dont le mandat de quatre ans doit expirer en janvier, bien que de nouvelles élections aient été convoquées la semaine dernière. Les gouvernements intérimaires ne procèdent habituellement à la nomination permanente de hauts fonctionnaires, tels que le chef de la police ou de l’armée

Mais le bureau de Gantz a déclaré dimanche qu’un avis juridique formulé par le principal expert en droit de l’establishment de la Défense a été envoyé à la procureure générale, Gali Baharav-Miara, arguant qu’il était possible de poursuivre le processus de nomination du prochain chef d’état-major de Tsahal même pendant la saison électorale.

Le bureau de Gantz a déclaré que l’avis juridique du procureur général militaire Itai Ofir était accompagné d’un résumé opérationnel classifié de Tsahal et d’un résumé politique classifié « concernant les défis sécuritaires et politiques auxquels Israël est actuellement confronté ».

Baharav-Miara avait auparavant déclaré que Gantz devrait présenter un « motif impérieux » pour justifier une nomination en temps de campagne.

Yoav Kisch, député du Likud, a menacé de remplacer Baharav-Miara si elle autorisait cette nomination, à supposer que son parti parvienne à former un nouveau gouvernement après les élections de novembre.

« Si elle agit ainsi, elle sera immédiatement remplacée lorsque nous reviendrons au pouvoir », a-t-il déclaré sur Twitter.

Le ministre de la Justice, Gideon Saar, a qualifié la menace de Kisch de « gangstérisme », dans un tweet laconique.

La nouvelle procureure générale Gali Baharav-Miara lors d’une cérémonie d’accueil à Jérusalem le 8 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les candidats sélectionnés par Gantz la semaine passée sont Eyal Zamir, ex-chef d’état-major adjoint de Tsahal actuellement chercheur dans un groupe de réflexion à Washington, Herzi Halevi, actuel chef de cabinet adjoint et Yoel Strick, ex-commandant des forces terrestres de l’armée, également chercheur dans un groupe de réflexion à Washington.

De gauche à droite: Photographies officielles non datées des major-généraux Eyal Zamir, Herzi Halevi et Yoel Strick. (Crédit : Armée israélienne)

La loi veut que les candidatures au poste de chef du gouvernement ainsi que d’autres postes de haut niveau tels que le chef de la police ou le gouverneur de la Banque d’Israël, soient examinées par la commission consultative des nominations de haut niveau, préalablement au vote du gouvernement.

Halevi est présenté comme favori et Zamir comme l’outsider. Halevi et Kohavi ont commencé leur carrière militaire dans la même unité parachutiste et ont tous deux été chefs de la Direction du renseignement militaire de Tsahal.

Avant d’être chef d’état-major adjoint, Halevi, qui est âgé de 54 ans, a été à la tête du Commandement Sud de Tsahal, lors de plusieurs combats entre Israël et les terroristes, dans la bande de Gaza, en 2018 et 2019.

Le mandat de quatre ans de l’actuel chef d’état-major général de Tsahal, le lieutenant-général Aviv Kohavi, devrait prendre fin en janvier 2023. Le poste est d’une durée de trois ans, prorogeable d’un an voire deux en de rares occasions. La plupart des chefs de l’armée servent pendant quatre ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...