Gantz hué devant la salle de mariage du fils d’un député orthodoxe
Rechercher

Gantz hué devant la salle de mariage du fils d’un député orthodoxe

Des manifestants ont traité le président de Kakhol lavan de "terroriste" après que Netanyahu l'a accusé de vouloir former un gouvernement minoritaire soutenu par les partis arabes

Le chef de Kakhol lavan Benny Gantz hué à son entrée dans la salle de mariage du fils du député ultra-orthodoxe Yaakov Asher, le 10 novembre 2019. (Crédit : capture d'écran Kan)
Le chef de Kakhol lavan Benny Gantz hué à son entrée dans la salle de mariage du fils du député ultra-orthodoxe Yaakov Asher, le 10 novembre 2019. (Crédit : capture d'écran Kan)

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz a été hué dimanche à son arrivée au mariage du fils du député ultra-orthodoxe Yaakov Asher. Il a été traité de « terroriste » et des personnes présentes lui ont dit « d’aller chez les Arabes ».

Cependant, les médias israéliens ont fait savoir que Gantz a été chaleureusement accueilli à l’intérieur.

L’incident s’est produit à la date anniversaire de l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, qui a été abattu par un extrémiste juif, Yigal Amir, il y a 24 ans, selon le calendrier hébraïque. Plus tôt dans la journée, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rejeté les allégations selon lesquelles, en tant que chef de l’opposition en 1995, il n’avait pas pris publiquement position de manière suffisamment forte contre la rhétorique enflammée de la droite, qui a conduit à l’assassinat de Rabin.

Gantz tente actuellement de former un gouvernement, et l’un des obstacles a été l’insistance de Kakhol lavan à exclure les partis ultra-orthodoxes de la coalition. Asher est un député du parti Yahadout HaTorah.

Les partis de droite ont accusé Gantz de vouloir établir un gouvernement minoritaire avec le soutien des partis arabes.

Le mois dernier, le président Reuven Rivlin a chargé Gantz de tenter de former une coalition, après que Netanyahu a échoué à l’issue des élections du 17 septembre. Mais les chances que Gantz y parvienne sont tout aussi minces, car les 55 députés de droite, emmenés par Netanyahu, s’est engagé à intégrer un gouvernement comme un seul bloc.

Ce bloc a représenté un obstacle dans les négociations entre le Likud et Kakhol lavan. Les deux principaux partis se sont régulièrement accusés de la stagnation des négociations et imputent à l’autre la responsabilité du risque d’un troisième scrutin.

Le député Yaakov Asher (Yahadout HaTorah) lors de sa prestation de serment en plénière de la Knesset (Crédit : Bureau du porte-parole de la Knesset)

Samedi, le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman a lancé un défi au Premier ministre Benjamin Netanyahu et à Gantz, affirmant que s’ils refusent de faire des compromis pour former une coalition ensemble, il soutiendra l’autre candidat et reviendra sur sa promesse de ne soutenir qu’un gouvernement d’unité.

« Gantz doit accepter le plan du président, y compris la période de congé, et Netanyahu doit dire au revoir à son bloc messianique ultra-orthodoxe », a déclaré Liberman à la Douzième chaîne.

Liberman a insinué que si Netanyahu refusait de se séparer du bloc des 55 députés de droite, il soutiendrait, de l’extérieur, un gouvernement minoritaire dirigé par Gantz. Dans le cadre d’un tel arrangement, le député belliciste de droite se verrait allié aux députés arabes, qu’il a longtemps accusé de « déloyauté » et de « soutien au terrorisme ».

Lors d’une réunion du cabinet dimanche, Netanyahu a répondu à Liberman en déclarant que tout n’était que « spectacle » et que son ultimatum était en réalité dirigé au parti du Likud et non pas à Kakhol lavan, à qui il ne demandait pas de se défaire de ses alliés.

Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz (à gauche) et le chef de Yisrael Beytenu Avigdor Liberman se serrent la main avant une rencontre, le 28 septembre 2019. (Autorisation)

Il a mentionné des propos tenus par Liberman – un politicien de droite qui a longtemps fait une campagne agressive contre les Arabes israéliens – qui a qualifié la Liste arabe unie de « cinquième colonne » et a déclaré que leur place était au Parlement de Ramallah plutôt qu’à la Knesset.

Netanyahu a ensuite cité une transcription publiée pendant le week-end par le quotidien Haaretz, d’un appel entre un journaliste et Osama Saadi, député de la Liste arabe unie, durant lequel Saadi a déclaré qu’Eli Avidar, député d’Yisrael Beytenu, était venu pour une rencontre.

Il a affirmé que cela prouvait que Liberman s’était « pleinement coordonné avec la Liste arabe unie et Gantz ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...