Rechercher

Gantz : l’Iran tente « d’acheter » le Liban en fournissant du carburant au Hezbollah

Le Liban est confronté à une crise économique, politique et énergétique paralysante qui a créé un vide permettant au groupe terroriste de renforcer son emprise sur le pays

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des affiches expriment leur soutien au leader du Hezbollah au Liban, Hassan Nasrallah, sur une route principale de la capitale de Beyrouth avant les élections parlementaires, le 14 mai 2022. (Crédit :  LOUAI BESHARA / AFP)
Des affiches expriment leur soutien au leader du Hezbollah au Liban, Hassan Nasrallah, sur une route principale de la capitale de Beyrouth avant les élections parlementaires, le 14 mai 2022. (Crédit : LOUAI BESHARA / AFP)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a déclaré mercredi que l’Iran tentait « d’acheter » le Liban en le faisant dépendre du groupe terroriste Hezbollah pour le carburant et en réparant le réseau électrique défaillant du pays.

« L’Iran, par le biais du Hezbollah, tente d’acheter le Liban en lui fournissant du carburant, en réparant le réseau électrique et en construisant des centrales électriques », a déclaré Gantz lors d’un événement dans la ville de Katzrin, dans le nord du pays.

Depuis plus de deux ans, le Liban est confronté à une crise économique, politique et énergétique paralysante qui a laissé les citoyens sans produits de première nécessité et a créé un vide permettant au groupe terroriste du Hezbollah de renforcer son emprise sur le pays.

La compagnie d’électricité libanaise ne fournit que quelques heures d’électricité par jour, et les habitants sont fortement tributaires de générateurs privés, aussi coûteux que polluants. Les pénuries de médicaments, de carburant et de produits de base ont souvent paralysé le pays et plongé plus de la moitié de la population dans la pauvreté.

Vue aérienne de Beyrouth, la capitale du Liban, dans l’obscurité pendant une panne de courant, avec au premier plan le siège de la compagnie nationale Électricité du Liban, le 3 avril 2021. (Crédit : Dylan COLLINS / AFP)

L’Iran est parfois intervenu en fournissant du carburant directement au Hezbollah, dans le cadre d’opérations non autorisées par le gouvernement.

« La dépendance énergétique du Liban à l’égard de l’Iran pourrait conduire à l’établissement de bases iraniennes sur le sol libanais et à la déstabilisation de la région », a déclaré Gantz, avertissant que les citoyens libanais « sont ceux qui en paieront le prix ».

Les remarques de Gantz sont intervenues alors que les tensions entre Israël et le groupe terroriste libanais du Hezbollah persistent, ce dernier ayant menacé les installations gazières israéliennes dans le cadre de pourparlers médiatisés par les États-Unis sur un différend maritime.

Le différend, qui implique des revendications concurrentes sur des champs de gaz offshore, s’est aggravé en juin après qu’Israël a déplacé un navire de production près du champ offshore de Karish, qui est partiellement revendiqué par le Liban.

Le ministre de la Défense Benny Gantz s’exprime lors d’un événement du ministère dans la ville de Katzrin, dans le nord du pays, le 21 septembre 2022. (Crédit : Ministère de la Défense)

S’exprimant sur les projets d’extraction de gaz du champ offshore de Karish – qui a été menacé par le Hezbollah ces derniers mois – Gantz a déclaré qu’Israël ne se laisserait pas « dicter sa conduite » par l’Iran ou ses alliés terroristes.

« C’est également vrai en ce qui concerne notre liberté d’action face à toute menace pour les citoyens d’Israël, qui se développe à la frontière et au-delà », a-t-il déclaré, faisant référence aux frappes aériennes en Syrie et aux actions en Iran attribuées à Israël.

Le chef de Tsahal Aviv Kohavi est accueilli par une garde d’honneur de l’armée française à Paris, France, le 21 septembre 2022. (Crédit : armée israélienne)

Le chef de Tsahal Aviv Kohavi, actuellement en France pour une visite officielle, a lancé un avertissement à l’Iran mercredi, déclarant qu’Israël répondrait aux tentatives d’attaque d’Israël par une « réponse sévère ou des actions préventives. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...