Gantz s’excuse auprès de Lapid pour avoir dit qu’il « déteste les gens »
Rechercher

Gantz s’excuse auprès de Lapid pour avoir dit qu’il « déteste les gens »

Selon le chef de Kakhol lavan, ce que lui et le chef de Yesh Atid ont en commun est plus que ce qui les divise ; qu'il ne démissionnera pas malgré les mauvais sondages de son parti

Capture d'écran de la vidéo du chef du parti Kakhol lavan, le ministre de la Défense Benny Gantz, lors d'une interview au journal télévisé de la Treizième chaîne, le 12 janvier 2021. (Treizième chaîne)
Capture d'écran de la vidéo du chef du parti Kakhol lavan, le ministre de la Défense Benny Gantz, lors d'une interview au journal télévisé de la Treizième chaîne, le 12 janvier 2021. (Treizième chaîne)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a présenté des excuses publiques pour les remarques qu’il a faites au sujet de son ancien partenaire politique, le député Yair Lapid, et a de nouveau demandé que les deux formations Kakhol lavan et Yesh Atid se réunissent pour une campagne commune lors des prochaines élections de mars afin d’évincer le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Gantz a exprimé ses regrets pour avoir dit au début du mois que Lapid, qui dirige l’opposition, « déteste les gens« .

« Je suis vraiment désolé », a déclaré M. Gantz lors d’une interview avec la Treizième chaîne de télévision, mardi.

En regardant dans la caméra pour s’adresser directement à Lapid, Gantz a dit : « Je suis désolé de ce qui a été dit. Ce qui a été dit dans le passé appartient au passé, l’avenir est l’unité ».

Il a insisté sur le fait que les points communs des deux hommes sont plus importants que ce qui les sépare, mais n’a pas voulu dire s’il accepterait d’être le numéro 2 de Lapid s’ils se présentaient sur une liste commune, bien qu’il ait indiqué plus tôt dans la journée qu’il accepterait.

Le parti Likud de Netanyahu a déclaré après l’interview que Gantz faisait de la « petite politique ».

Gantz a également écarté les possibilités de démissionner de son poste de chef de parti, alors que les sondages prédisaient que Kakhol lavan n’obtiendrait que quatre ou cinq sièges lors du prochain scrutin, contre 14 avant la dissolution de la Knesset le mois dernier, en raison de l’échec du gouvernement d’union à adopter un budget d’Etat.

Depuis lors, neuf des députés de Kakhol lavan ont quitté le parti pour rejoindre des mouvements rivaux, ont été évincés ou ont abandonné la politique.

« Il n’y a aucune raison pour que je me retire », a déclaré M. Gantz, qui a insisté sur le fait que les cinq sièges annoncés pour Kakhol lavan constituent une « base solide et stable » qui, selon lui, va s’élargir.

Yair Lapid (à gauche) et Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan, devant leurs partisans à Tel Aviv, le 20 février 2020. (Tomer Neuberg/FLASH90)

Le ministre de la Défense a également déclaré à la chaîne qu’il ne savait pas si les Etats-Unis lanceraient une frappe contre les installations nucléaires iraniennes pendant les derniers jours de l’administration Trump, une action qui aurait été envisagée par le président américain Donald Trump. Mais il a ajouté que même s’il le savait, il ne dirait rien en direct à la télévision.

La Douzième chaîne a rapporté plus tôt dans la journée que Gantz avait contacté tous les partis qui s’opposent à Netanyahu et avait demandé une réunion mardi soir, mais avait été snobé.

Lors d’une interview mardi avec Kan news, Gantz avait indiqué qu’il était prêt à laisser Lapid diriger une alliance de partis s’opposant à Netanyahu. « Yair a fait beaucoup de chemin dans la politique israélienne et il peut se tenir à la tête du bloc [centre gauche]. Il a parcouru un long chemin, et si c’est ce que nous décidons, alors oui », a déclaré Gantz.

Dans le passé, Lapid a déclaré qu’il serait ouvert à une éventuelle union avec Gantz une fois de plus, mais seulement s’il mène lui-même la barque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...