Gantz : Nissenkorn est un traître ; le Premier ministre est indigne de confiance
Rechercher

Gantz : Nissenkorn est un traître ; le Premier ministre est indigne de confiance

Le chef de Kakhol lavan fustige l'ex-ministre de la Justice qui l'a accusé d'avoir sapé la démocratie pour sauver la coalition; dit que sa confiance en Netanyahu était injustifiée

Le ministre de la Défense Benny Gantz (à droite) et le ministre de la Justice Avi Nissenkorn à la municipalité de Jérusalem, le 10 novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz (à droite) et le ministre de la Justice Avi Nissenkorn à la municipalité de Jérusalem, le 10 novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

La guerre des mots entre le ministre de la Défense Benny Gantz et l’ancien ministre de la Justice Avi Nissenkorn s’est poursuivie vendredi avec le dirigeant de Kakhol lavan qui a déclaré que son ancien allié l’avait poignardé dans le dos.

Interrogé sur le départ de sept députés de son parti en déroute ces derniers jours, M. Gantz a déclaré : « Je considère cela comme une déception, dans certains cas comme un coup de couteau dans le dos ».

Dans l’interview accordée à la Douzième chaîne, on a ensuite demandé à Gantz de confirmer qu’il faisait référence à Nissenkorn, qui, vendredi, quelques jours après avoir quitté le parti Kakhol lavan et son poste au sein du gouvernement, a accusé le ministre de la Défense de conspirer contre lui avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« En effet, il s’agit de lui. Et c’est moi qui l’ai fait venir, qui l’ai fait nous rejoindre, qui l’ai consulté, qui ai travaillé avec lui comme partenaire, qui ai obtenu son avis 99 % du temps, et finalement il s’est trouvé une autre plateforme avec laquelle il pense aller plus loin. J’en doute », a déclaré M. Gantz.

Le parti Kakhol lavan, qui compte 14 députés dans la coalition sortante, a connu un exode des députés depuis la dissolution de la Knesset la semaine dernière en raison de l’échec de l’adoption d’un nouveau budget, le parti étant en difficulté dans les sondages et Gantz étant confronté à des remises en question de sa direction.

Le maire de Tel Aviv Ron Huldai (à gauche) et le ministre de la Justice Avi Nissenkorn (à droite), le 29 décembre 2020. (Capture d’écran : YouTube)

Parmi eux se trouve Nissenkorn, qui a rejoint le nouveau parti du maire de Tel Aviv Ron Huldai, HaIsraelim, et qui se présentera à la Knesset sur cette plate-forme lors des prochaines élections.

Nissenkorn a fortement critiqué Gantz vendredi, l’accusant de mener dans son dos des négociations avec Netanyahu qui « porteraient gravement atteinte à l’État de droit » et annuleraient les pouvoirs du ministre de la Justice.

Nissenkorn a fait état de la récente conduite de Gantz alors que ce dernier tentait de sauver la coalition avec Netanyahu – un effort qui a finalement échoué, avec l’effondrement du gouvernement et la convocation de nouvelles élections pour le mois de mars.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) parle au ministre de la Défense Benny Gantz, alors que les deux hommes portent un masque de protection en raison de la Covid-19 lors du conseil des ministres hebdomadaire à Jérusalem, le dimanche 7 juin 2020. (Menahem Kahana/Pool Photo via AP)

Dans d’autres commentaires faits lors de l’interview de vendredi, Gantz a décrit Netanyahu comme « très complexe ».

« Je pense que Netanyahu ne mérite pas la confiance que j’ai placée en lui et ceux qui ont dit qu’il ne fallait pas le croire avaient raison », a déclaré M. Gantz.

Gantz a également attaqué son ancien partenaire politique, Yair Lapid de Yesh Atid.

« Yair Lapid déteste malheureusement les gens », a déclaré M. Gantz.

Yesh Atid a répondu en « souhaitant à Benny Gantz de réussir dans ses entreprises futures ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...